L’opéra de Rouen Normandie ferme ses portes quatre semaines pour des raisons budgétaires

Alors que l’établissement s’apprête à suspendre son activité pour un mois à cause de soucis financiers, l’Opéra de Rouen Normandie se demande déjà comment boucler son budget la saison prochaine.

« Il était une fois un roi, solitaire, solitaire et très las… » toute la salle de l’Opéra de Rouen Normandie, remplie essentiellement d’enfants, entonne ensemble ce premier chant de  « Cendrillon ou le grand hôtel des songes». C’est la dernière représentation ouverte au public de cet opéra participatif.

Le théâtre des Arts suspend son activité pendant un mois et ne présentera donc aucun spectacle du lundi 10 avril au 12 mai 2023.

 

  • Des problèmes financiers.

     

Début février 2023, la structure avait alerté sur ses problèmes de budget. Seule solution trouvée alors, garder porte close pendant 6 semaines et annuler plusieurs représentations.  

« Avec l’inflation, notre facture énergétique atteint pour cette saison 650 000 euros, soit 450 000 euros que l'année dernière. C’est le coût d’un opéra », expliquait début février le directeur Loic Lachenal.

 

Depuis, la Métropole Rouen Normandie a débloqué une enveloppe exceptionnelle de 300 000 euros, et l’Etat attribué une aide de 200 000 euros supplémentaires pour le budget 2023. L’opéra participatif, emblématique de la maison a donc pu être maintenu et la période d’inactivité réduite de 6 à 4 semaines.

  • Les musiciens désabusés

     

Durant cette période, les cent musiciens de l’Opéra ne savent pas encore s’ils auront droit au chômage partiel. L'aide leur a été refusée, ils ont déposé un recours et attendent une décision. Certains souhaitent en tout cas mettre à profit les semaines à venir.

J’ai beaucoup de tristesse pour ma part. On ne sait pas exactement ce qui nous attend, mais je ne vais pas laisser mon violon au placard, je vais retourner jouer à l’hôpital et je vais représenter l’Opéra à l’extérieur pour qu’il continue d’exister.

Helena violoniste.

Un petit groupe de musiciens envisage également de jouer dans des EHPAD, comme il l’avait fait au temps du COVID.

 

  • Doutes sur la rentrée 2023-2024

Au-delà de ces quatre semaines sans public, le personnel s’interroge sur le financement de la saison prochaine.

Il faut garder un projet en cohérence avec nos missions. On ne peut pas programmer comme on le faisait auparavant, ni augmenter nos tarifs de 300%. On se doit de faire des choix rigoureux.

Alexandre Casier-Levillain, responsable de l’équipe accueil et réception à l’Opéra de Rouen Normandie et délégué syndical UNSA-SNEA.

 

Autre crainte du personnel, réussir à faire revenir le public après cette fermeture. « Le lien est vite coupé, il faut pouvoir remobiliser le public ensuite et ce n’est pas si simple que ça », conclu soucieux Alexandre Casier-Levillain.