Pourriez-vous vivre près d'un site chimique ? l'opinion des français après la pollution de l'usine Lubrizol

Seriez-vous prêt à habiter à côté d'une installation chimique ? Qui doit contrôler l'impact de ces usines ? Ces questions ont été posées en novembre et décembre  2019, deux mois après la pollution du site SEVESO à Rouen. L'enquête BVA porte sur la perception des risques en France. 

Les dégâts après l'explosion et l'incendie de l'usine SEVESO Lubrizol
Les dégâts après l'explosion et l'incendie de l'usine SEVESO Lubrizol © France Télévisions

90% des personnes interrogées (enquête BVA pour l'IRSN auprès de 1032 personnes) savent qu'un accident grave s'est produit à l'usine Lubrizol. Ils ont répondu à l'enquête annuelle commandée par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

Elle a été réalisée en novembre et décembre 2019. C'était après la pollution de Lubrizol, et avant la pandémie. 

Tous les risques sont pris en compte. 

Classement des principaux risques 

  1. la grande pauvreté et l'exclusion
  2. le déréglement climatique
  3. le terrorisme

Quelle activité industrielle risque le plus de provoquer une catastrophe ? 

Les installations chimiques arrivent en 3e position. Le niveau le plus haut niveau depuis 2005 juste derrière les stockages de déchets radioactifs. 

© enquête BVA/ IRSN

 

Accepteriez-vous de vivre près d'une usine chimique ? 

(précision 11% des personnes interrogées vivent à moins de 20 km d'une installation chimique importante)

Parmi 14 nuisances ( de la proximité d'une éolienne au stockage de produits radioactifs), l'installation chimique arrive en 12e position,  devant  le site de stockage de déchets chimiques et derrière la décharge d'ordures ménagères. 16% des personnes interrogées pourraient vivre près d'une centrale nucléaire. 

 ►Qui doit contrôler l'impact d'une installation présentant un risque pour l'environnement  et les populations ?

  1. Un comité d'experts scientifiques
  2. Les pouvoirs publics nationaux et locaux
  3. L'exploitant de l'installation

L'information des habitants et le principe de précaution

89% des interrogés souhaitent "une information compréhensible" sur les risques des installations. Chiffre en hausse de 17% en 2019. 

78% veulent que les rapports d'expertises soient rendus publics ( +24% en un an)

74% demandent que les autorités s’engagent à répondre toutes les questions posées par les associations et par les citoyens (+21%)

87%  estiment qu'en matière de risque, il est normal de prendre toutes les précautions même lorsque les experts scientifiques n'ont que des doutes (+19% comparé à 2018

 

Baromètre sur les français et les risques (BVA/IRSN) by netcallier on Scribd

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement lubrizol pollution