À Rouen, la navette fluviale joue les prolongations jusqu’en juillet 2020

La navette fluviale, reliant la rive droite à la rive gauche de Rouen a été mise en place cet été pour une expérimentation d'une durée de 4 mois qui devait prendre fin le 15 novembre 2019. Mais pour mieux analyser sa fréquentation et ses usages, le test se poursuit jusqu’au 15 juillet 2020. 

Par Julie Howlett

A Rouen, depuis le 15 juillet dernier, en plus des 6 ponts qui relient la rive droite à la rive gauche de Rouen, il existe un nouveau moyen de franchir la Seine entre le pont Flaubert et le pont Guillaume le Conquérant : une navette fluviale électro solaire, gratuite et ouverte à tous.

La navette fluviale, alternative à la passerelle


Rappelons qu'il s'agit d'une expérimentation de la Métropole Rouen Normandie, autorité organisatrice de la mobilité sur le territoire, afin de tester une des deux pistes à l'étude, l'autre étant le projet de passerelle, défendu en 2018 par Frédéric Sanchez (alors  président de la métropole) qui a suscité un débat animé. Les opposants à cette idée de passerelle faisant remarquer que cela serait, de fait, un obstacle infranchissable pour les bateaux de mer, repoussant en aval les bateaux de l'Armada en déplaçant la "frontière" entre Seine fluviale et Seine maritime.

Expérimentation prolongée


L’expérimentation de cette navette fluviale mise en place cet été pour une durée de 4 mois devait prendre fin le 15 novembre. Mais pour analyser au mieux sa fréquentation et ses usages, il a été décidé de poursuivre l’expérimentation jusqu’au 15 juillet 2020.

Pour la Métropole Rouen Normandie, "cela permettrait de bénéficier d’une année complète de fonctionnement et d’une analyse exhaustive. Les 2 enquêtes qualitatives menées auprès des usagers en août et en octobre ont permis de recueillir les premières données quant à son utilisation et de procéder à la mise en place, d’ici la fin novembre d’améliorations en termes d’accès et de sécurité".

D'après ces enquêtes, au cours de ces 4 mois d’expérimentation, près de 40 000 passagers ont emprunté ce nouveau moyen de traversée de la Seine ce qui équivaut à la fréquentation d’une ligne de bus secondaire.
 

Une prolongation pour une étude plus complète


Cette prolongation répond à plusieurs objectifs : analyser toutes les saisons, appréhender la fréquentation sur les différentes périodes de l’année, prendre du recul par rapport à l’impact de Lubrizol qui a pesé sur la fréquentation le dernier mois et demi et travailler à l’amélioration de la sécurité et l’accessibilité.
 

Nouveaux aménagements


Des améliorations en matière d’accessibilité et sécurité seront apportées pour le prolongement de l’expérimentation. D’ici la fin novembre, seront installés un abri voyageurs rive droite et un nouveau ponton avec garde-corps et une passerelle  permettant une pente moins forte lorsque la marée est basse sur la rive gauche.

Comme depuis le lancement de cette expérimentation, c’est l’Union Portuaire Rouennaise qui sera en charge de son exploitation qui vient compléter l’offre de mobilité du territoire. Le coût global de cette poursuite d’expérimentation est de 354 000€ dont 300 000€ de frais de fonctionnement pris en charge par la Métropole et 54 000€ de location de nouvelles structures pris en charge par l’UPR.

Horaires jusqu'au 15 juillet 2020


Sur cette nouvelle période d’expérimentation, les horaires sont les suivants :
- du lundi au vendredi en continu aux heures de pointe de 7h30 à 9h30, puis de 11h30 à 14h30 et de 16h30 à 19h,
- du samedi au dimanche et jours fériés de 11h à 19h en continu avec une interruption d’une demi-heure.
L'embarquement rive droite se fait depuis le ponton Jean Ango et rive gauche sur le ponton face au 108, siège de la Métropole.
La traversée restera gratuite.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus