Rouen : reprise du gigantesque chantier de rénovation de la cité administrative

Après le confinement, les travaux de désamiantage et de mise aux normes énergétiques a redémarré dans ces bâtiments des années 60 où travaillent plus de mille fonctionnaires.
 

6 juillet 2020 – Travaux à la cité administrative de Rouen
6 juillet 2020 – Travaux à la cité administrative de Rouen © Olivier Journiat / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Le chantier avait débuté en février 2020. Il est comme le site : imposant. Cette cité administrative de Rouen, où sont installés les sièges régionaux et départementaux  de 7 services de l'Etat, est la quatrième plus grande de France.
Elle est aussi la première à être entièrement rénovée.

Il y a 40.000 mètres carrés de surface de plancher, il y a 5 kilomètres de couloirs, il y a 2800 fenêtres à changer et à mettre en double ou triple vitrage de selon le projet…
Ce sont des chiffres énormes !"

François Bellouard, directeur de la conduite d'opérations du projet de rénovation de la cité administrative de Rouen

Rouen : reprise du chantier de rénovation de la cité administrative. Reportage : Félix Bollez et Olivier Journiat (montage : Pierre Cadinot)

Une nouvelle entrée pour les usagers

Depuis la reprise des travaux, l’entrée "historique" de la cité administrative située au niveau du 2 rue Saint-Sever est fermée.
L’entrée des usagers est transférée temporairement quai Jean Moulin. 

Améliorer les performances énergétiques et enlever l'amiante

Ces bâtiments, dans lesquels existent même des murs métalliques qui laissent passer le froid l'hiver et la chaleur l'été, doivent être mis aux normes énergétiques avec pour objectif de réduire de 70% le montant des dépenses de chauffage.

Le désamiantage des locaux, demandé depuis des années par les syndicats du site, est un chantier qui nécessite que des services présents dans cette cité administrative de Rouen doivent déménager :En début de semaine, et alors que des travaux de désamiantage étaient en cours dans le bâtiment qui servait d'entrée à la cité administrative, des salariés du conseil départemental, dont l'immeuble est situé de l'autre côté de la rue, se sont inquiétés, comme le rapporte Christophe Hubard,  notre confrère du quotidien Paris-Normandie, d'un possible risque de dispersion de matières dangereuses et ont alerté l'inspection du travail.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement sécurité société architecture et urbanisme architecture