Rouen : reprise des messes à la cathédrale Notre-Dame "en zone 30"

Les fidèles peuvent de nouvau assister aux messes depuis samedi 28 décembre mais avec une jauge de 30 personnes. Cette jauge était jugée absurde par la hiérarchie catholique. Le Conseil d'Etat ordonne au gouvernement de revoir sa copie.
A Rouen dans la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption, l'archevêque de Rouen, Monseigneur Dominique Lebrun célébrait, ce dimanche matin, la messe du 1er dimanche de l'Avent, c'était la première depuis l'autorisation de reprise des offices religieux dans le cadre du déconfinement progressif annoncé par le premier ministre Jean Castex jeudi.
Une messe un peu particulière dans cet édifice qui peut accuellir 1400 personnes puisque la jauge établie par le gouvernement, pour des raisons sanitaires, était limitée à trente fidèles quelle que soit la taille de l'édifice religieux. Cette messe était d'ailleurs retransmise en direct sur le site du Diocèse de Rouen.

Ce dimanche matin, à l'entrée de la messe, les paroissiens jugeaient cette décision disproportionnée.
 

Ces conditions de reprise des célébrations publiques de la messe ont d'ailleurs entraîné la colère de nombreux évêques. Certains avaient annoncé qu'ils ne feraient pas respecter la limitation samedi 28 et dimanche 29 novembre. 
 
Des associations catholiques avaient saisi d'ailleurs vendredi 27 novembre le Conseil d'Etat pour dénoncer le décret du gouvernement. Elles estimaient qu'il s'agissait d'une
mesure "non nécessaire, disproportionnée et discriminatoire".

Le Conseil d'Etat leur a donné raison. La décision est tombée ce dimanche matin. Le Conseil d'Etat a ordonné dimanche au gouvernement de revoir dans les trois jours son décret limitant à 30 personnes le nombre de fidèles autorisés à assister aux cérémonies religieuses.

    "Il est enjoint au Premier ministre de modifier, dans un délai de trois jours (...) les dispositions (du décret limitant le nombre de fidèles à 30) en prenant les mesures strictement proportionnées d'encadrement des rassemblements et réunions dans les établissements de culte", a décidé la plus haute juridiction administrative française.

 
Une délégation d'évêques est attendue en soirée à Matignon par Jean Castex pour négocier une «une jauge réaliste». L'archevêque de Rouen, Monseigneur Lebrun fait partie de cette délégation. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société covid-19 santé déconfinement