Rouen : le tortionnaire d'animaux condamné à huit mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve

Des chats avaient été retrouvé éventrés et décapités dans l'agglomération rouennaise. / © Association Félin'possible 76
Des chats avaient été retrouvé éventrés et décapités dans l'agglomération rouennaise. / © Association Félin'possible 76

Poursuivi pour avoir tué une douzaine de chiens et de chats dans l’agglomération rouennaise en 2017 et 2018, l'homme a été condamné à huit mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve.

Par Amandine Pointel

L'homme de 32 ans qui était suspecté d'avoir tué une douzaine d'animaux domestiques dans l'agglomération rouennaise entre juillet 2017 et mai 2018, avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Rouen le 13 février 2020 pour torture et actes de barbarie sur des animaux, ainsi que port d'arme prohibé. 
 

Ce jeudi 12 mars, la décision de la juge est tombée. "Il est condamné à huit mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve, avec une obligation de soins et d'indemniser les victimes", nous indique son avocate qui n'a pas souhaité faire plus de commentaire.

Des chats et chiens décapités

Le tortionnaire avait été arrêté mercredi 6 juin 2018 à Rouen. Un témoin l'avait vu tuer un chat et le jeter dans l'eau. Plusieurs semaines auparavant, plusieurs chats et chiens avaient été retrouvés morts à Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume et Rouen. Certains abattus d'une balle de fusil, d'autres décapités ou éventrés.

 

Maltraitance animale, que dit la loi ?

Depuis 2015, le statut juridique des animaux est passé de "biens meubles" à "êtres vivants doués de sensibilité".

L’article 521-1 du code pénal punit de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende les sévices graves et les actes de cruauté commis envers des animaux domestiques ou tenus en captivité.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus