Vaccination Covid-19 : en Normandie, la campagne s'accélère chez les jeunes

En Normandie comme ailleurs, les chiffres de l'épidémie de Covid 19 sont plutôt rassurants. Le virus continue de perdre du terrain. Une diminution rendue possible notamment grâce à la campagne de vaccination qui s'accélère, notamment chez les jeunes. 

 

L'ARS Normandie indique que le délai entre deux doses pourra être rallongé.
L'ARS Normandie indique que le délai entre deux doses pourra être rallongé. © Clementz Michel / Maxppp

On attendait cela depuis longtemps et cette fois, la dynamique de forte diminution du virus dans notre région se poursuit chaque jour un peu plus. D'après les derniers chiffres de l'ARS Normandie, on recense actuellement 21,52 cas pour 100.000 habitants. Cela représente une baisse de 46% par rapport à la semaine précédente.

Des chiffres encourageants avec 1,7 millions de normands déjà vaccinés

Un bon résultat sans doute dû à une campagne de vaccination anti Covid 19 qui s’est intensifiée aussi en Normandie. Pour l'instant, elle rencontre son public et sucscite l'adhésion avec près de 48% de personnes déjà vaccinées au 13 juin, soit plus d’1 million 7 de premières doses effectuées. En fait, les médecins observent en ce moment chez les plus de 65 ans, un plafond  aux alentours de 83% atteint par les vaccinés.

En détail, cela donne : 

Mais il reste encore 20% à 30% personnes à convaincre, alors même qu'elles sont considérées comme à risque. 

Pour ces réfractaires, les médecins insistent sur les formes de Covid grave contre lesquelles le vaccin pourrait les immuniser en partie et les invitent à profiter de cette relative accalmie actuelle dans les centres de vaccinations. 

Des jeunes qui réclament leur dose libératrice 

Mais en réalité, celles et ceux que l'on y croise en ce moment sont surtout des jeunes et des adolescents de 12 à 17 ans, bons élèves, car pressés de pouvoir retrouver un peu de leurs libertés perdues. 

La région est ainsi celle enregistre le démarrage le plus important pour cette tranche d’âge. 

Mais à l’approche des vacances, la campagne de vaccination va sans doute devoir s’organiser pour maintenir le rythme. 

Alors si les doses de vaccins ne manquent pas, c’est plutôt la question du personnel soignant, qui se pose. Des soignants qui ont besoin de repos car ils souvent à bout, éprouvés par leur mobilisation durant toute la crise sanitaire. 

La campagne de vaccination sera donc très prochainement peut-être moins intense, mais avec d'autres procédures. Il faut rappeler que les pompiers, les vétérinaires peuvent eux aussi vacciner. 

Comment faire pour sa seconde dose en vacances ?

Pour calmer les interrogations des futurs vacanciers inquiets pour leur protocole vaccinal, les calendriers ont été spécialement aménagés et le délai entre les 2 doses a été allongé.

 

 

Pour le Référent vaccin Covid-19 à l’ARS (Agence Régionale de Santé) Normandie, il n'y a donc pas à s'inquiéter. 

"On a assoupli les choses et on peut maintenant faire sa 2ème dose entre 21 et 49 jours. Les logiciels de prises de RDV ont été adaptés pour que les gens puissent partir, s'absenter et revenir a temps. La recommandation forte est toujours pour l'instant de revenir se faire vacciner au même endroit que pour la première dose."   

Dr Jean-Philippe Leroy, Médecin expert en vaccination au CHU de Rouen

 

Il est aussi à noter et cela a son importance pour beaucoup, que la vaccination pourra être délocalisée afin d'être au plus près des lieux de villégiature. C’est notamment envisagé sur les côtes normandes avec aussi une extension envisagée de lieux temporaires comme pourquoi pas dans les centres commerciaux.   

 

Le Dr Jean-Philippe Leroy se veut rassurant ©France 3 Normandie

 

Faut-il craindre le variant Delta qui gagne du terrain en Europe ?

La Normandie est pour le moment relativement épargnée par le variant, mais les choses peuvent maheureusement toujours évoluer rapidement. Mais tout de même, l’ARS l'a rappellé une nouvelle fois : l’idéal est de se faire vacciner avant de partir. Car une première dose représente déjà une première immunité.

Enfin, les personnes entièrement vaccinées pourraient bientôt ne plus avoir à s’isoler, même si elles sont cas contact. 

 

 

  

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société