VIDÉO. Connaissez-vous la Game jam ? Des marathons pour créer un jeu vidéo en un temps record

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Salon du gaming : créer un jeu en un week-end ©France Télévisions

Ce week-end, des centaines de fans de jeux vidéo étaient réunis au Kindarena à Rouen (Seine-Maritime) pour le Salon du Gaming. Au menu : tournois, conférences, retrogaming. Chacun pouvait jouer, mais aussi voir la magie créative opérer, avec un atelier de création de jeux entre trente heures : la game jam.

Avant que les passionnés puissent jouer, il faut d’abord des forcenés pour créer. Développer un jeu vidéo complet en un week-end, c’est le défi que se sont lancé une vingtaine de passionnés samedi 20 janvier 2024 lors du Salon du Gaming de Rouen. On appelle ça une Game Jam : un hackathon pour créer un jeu vidéo en un temps donné.

30 heures pour créer un jeu vidéo

Programmeurs, graphistes ou spécialistes des effets sonores, chaque équipe a pour mission de créer un jeu vidéo, avec pour thème commun, une image de la Normandie.

"C'est l'image qui est la source d'inspiration pour les créateurs de jeux pour qu'ils créent leur jeu. Ils l'interprètent comme ils veulent", explique Antoine Boniface de l'Association Gamepads, organisateur de la Game Jam.

La team Mont-Saint-Michel et la team Camembert

Un thème local qui a particulièrement inspiré 2 équipes : la team Mont-Saint-Michel et la team Camembert. La team Camembert, c’est Antonin, Martin et Maxime. Ils créent un jeu basé sur la cuisson du célèbre fromage normand. Seulement 30 heures pour créer un jeu, ça ne fait pas peur à Maxime : 

"Le fait d'avoir cette contrainte horaire, ça pousse à essayer de trouver un compromis entre la durée, la complexité et quand même avoir un produit fini".

Maxime, team Camembert

De son côté, la team Mont-Saint-Michel créé un jeu de bataille impliquant le monument : "Ce sont soit les Bretons, soit les Normands qui vont défendre le Mont-Saint-Michel", explique Mélanie, jeune créatrice de jeux vidéo.

Toute la journée, puis toute la nuit, ces surdoués ont créé, codé, inventé des musiques et graphismes, non-stop, jusqu’à l’épuisement.

Après une très, très courte nuit, le travail a bien avancé. Les 2 équipes épuisées, finalisent les derniers éléments. De leur côté, les trois compères fan de camembert sont satisfaits

Prochaine étape, se reposer. Prochain rendez-vous dans une semaine à la Global Game Jam, à Toulouse.