VIDÉO. La Normandie colonisée à son tour par le moustique tigre : doit-on s'inquiéter ?

Plus aucune région française n'est désormais épargnée par le moustique tigre. Son implantation en Normandie et plus précisément en Seine-Maritime a été confirmée par l'Agence régionale de santé après des prélèvements réalisés l'année dernière. Cet insecte est un vecteur potentiel de virus comme la dengue, le chikungunya ou le Zika.

À l’instar du frelon asiatique et de la grenouille taureau, le moustique tigre fait partie des 10 espèces les plus invasives au monde. Alors que la Normandie résistait jusqu'alors à son arrivée, sa présence vient d'être confirmée dans la métropole de Rouen. Reconnaissable par ses rayures noires et blanches, cet insecte se distingue du moustique commun à nos contrées par sa taille (moins de cinq millimètres), parce qu'il pique le jour mais pas la nuit, et son vol est silencieux.

A lire aussi : Le moustique tigre débarque pour la première fois en Normandie : comment le reconnaître et s'en prémunir ?

Repéré par un signalement citoyen

Après l'annonce de sa présence par l'Agence régionale de santé, nous sommes allés interviewer quelques Rouennais partagés entre anxiété et interrogations : "Honnêtement, ça m'inspire de la crainte sur les maladies que ça peut transmettre et qu'il n'y a pas eu assez de campagne de prévention", confie un homme.

"Il va falloir faire attention surtout à l'eau stagnante, puis mettre des pièges à moustiques pour éviter de se faire piquer car il paraît que la piqûre de ce moustique est très virulente", explique un autre.

durée de la vidéo : 00h01mn28s
C'était la seule région de France à ne pas avoir été colonisé par cet insecte volant. L'ARS rappelle les bonnes pratiques. ©F3 Normandie

C'est sur un signalement adressé par des habitants de Seine Maritime à l'ARS à l'été 2023 que l'insecte a été repéré, actif et bien implanté. Partout en France, il existe en fait deux types de surveillance mis en place par les ARS pour lutter contre la prolifération de ces insectes volants : la pose de pièges sur tout le territoire et l'analyse de signalements envoyés par des citoyens.

Aucune transmission locale avérée

Par ailleurs, il faut savoir que le réchauffement climatique offre des conditions propices à la propagation  du moustique tigre en allongeant sa période d'activité. Sa présence peut rapidement devenir une source de nuisances importantes.

"Le moustique tigre pose problème car il est capable de transmettre des maladies qu'on appelle des arboviroses comme la dengue, le chikungunya ou le Zika", explique Morgane Faure, ingénieur sanitaire à l'ARS Normandie. "Si le moustique pique une personne atteinte d'une de ces maladies, il peut ensuite la diffuser à une personne saine. C'est pour ça qu'on surveille cet insecte et les porteurs de ces maladies pour éviter qu'ils se retrouvent au même endroit de façon concomitante."

Pour l'instant, aucune transmission locale n'a été avérée. Il est recommandé à tout un chacun d'entretenir avec la plus grande vigilance tout ce qui est autour de sa maison : vider les eaux stagnantes dans les gouttières ou dans les pots de fleurs, couvrir avec une moustiquaire les bacs de récupération d'eau, faire attention à ne rien laisser traîner dehors quand il pleut...

Des gestes du quotidien simples mais qui vont aider à prévenir sa prolifération. Il est également important d'avertir les autorités de la présence de moustiques tigre sur le site signalement-moustique.anses.fr.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité