Veules-les-Roses: à la découverte du plus petit fleuve de France

Publié le
Écrit par Fabienne Bahin

Savez-vous que c'est en Normandie que coule la Veules, le plus petit fleuve de France ? Pendant deux jours, Vincent Chatelain se lancera dans un circuit découverte le long de la Veules, au coeur de Veules-les-Roses, labelisé “Plus Beaux Villages de France”.

Petite station balnéaire, située dans une vallée verdoyante de la Côte d’Albâtre, Veules-les-Roses enchante par les superbes chaumières normandes, les jardins débordants de roses et d’hortensias, les moulins du passé. D’abord village de pêcheurs et de tisserands, puis lieu de villégiature et repaire d’artistes, Veules-les-Roses allie les plaisirs de la mer et de la campagne.
Datant du IVe siècle comme l’atteste la présence d’un cimetière Franc de la période Mérovingienne, Veules dont le nom serait dérivé de l’ancien anglais « well », signifiant point d’eau, connu diverses fortunes.

Le village a construit son activité autour de la Veules, le plus petit fleuve de France : meuneries, pêche, cressonnières, fabrication d’huile de colza, tissage, etc.
Devenu fief des seigneurs de Blosseville au XVIe siècle, le bourg continua à tirer sa richesse de la pêche et des revenus de la rivière. Le XVIIIe siècle apporta de nouvelles opportunités aux Veulais qui devinrent tisserands de toiles de coton pour Rouen et convertirent leurs moulins à la fabrication d’huile de colza. Le long de la rivière, chaumières, maisons de pêcheurs, fermes, moulins, pucheux, lavoirs, et cressonnières témoignent de l’ancienne activité des habitants du bourg.


Découvert en 1826 par une actrice de la Comédie Française, Anaïs Aubert, Veules-Les-Roses devint rapidement, une villégiature très prisée. Dès lors, les hommes de lettres et les artistes s’y pressèrent : Mélingue, Meurice, Victor Hugo, les frères Goncourt, les peintres ambulants russes Répine, Polenov et Bogoliubov… qui attirèrent vers le village une riche société parisienne.

Au temps de Maupassant, le village a conservé ses chaumes, ses petits chemins, ses ruelles qui ont séduit tant d’artistes de cette époque, il a hérité de riches villas, de grands jardins… et son nom actuel de Veules-les-Roses.

Le plus petit fleuve de France, la Veules coule en Normandie !
Elle ressemble davantage à un ruisseau, parfois à une rivière. La Veules est pourtant un fleuve car elle se jette dans la Manche. C’est même le plus petit fleuve de France. Elle mesure 1149 mètres de long.
La Veules prend sa source dans les champs de cresson, dans le haut du village. Elle passe au pied de chaumières normandes, débouche sur un abreuvoir où l’on faisait boire les bêtes autrefois. Elle parcourt ensuite les Champs Elysées, un petit chemin étroit avec son sous-bois et ses moulins.
Deux fonctionnent encore aujourd’hui. Mais il y en avait onze à l'origine.

C’est avec Francelina Ferreira, guide sur la Côte d'Albâtre que Vincent commence son circuit autour de la Veules.
À travers l’histoire et les anecdotes sur le village de Veules-les-Roses, elle guidera Vincent dans son parcours. De la source à la mer, Francelina amèneraVincent Chatelain et toutes ses rencontres, au fil de l’eau.


Et la première étape du circuit est la fameuse cressonnière de Patrick Mahieu. Un bassin d’eau courante où l’on cultive le cresson de fontaine, une espèce de plantes potagères de la famille des crucifères. Vincent découvrira cette spécialité de la région et apprendra à former des bottes de cresson.


Une autre particularité du village : ses rosiers. En effet, la commune porte bien son nom, elle est remplie de roses. C’est l’occasion pour Vincent de sentir les différents parfums des roses sauvages. Le village, autrefois appelé Veules-en-Caux, a été renommé Veules-les-Roses en 1897. En hommage, chaque habitant a planté un rosier devant chez lui. La commune porte bien son nom puisqu’il est particulièrement pourvu de plants de rosiers et autres fleurs. 


Direction maintenant le Moulin des Aïeux de Claude Berville qui a décidé de racheter ce moulin, encore en état de marche, il y a une vingtaine d’années. Une acquisition qui a changé sa vie.
Vincent vous donnera rendez-vous ensuite en bord de mer, là où se jette la Veules. Il pourra admirer le panorama sur les falaises de la Côte d’Albâtre avant de rejoindre Éric Colsenet pour déguster une autre spécialité de la région, la Veulaise.


C’est le pianiste normand Nicolas Noël qui clôturera cette balade avec un morceau de sa composition.

 

Vachement Normand !

Un magazine présenté par Vincent Chatelain

Réalisé par Jerôme Py

Délégué à l'antenne et aux contenus : Bernard Gouley

Coproduit par Media TV / France 3 Normandie

Durée : 26'

A ne pas manquer chaque dimanche à 12h55