Des étudiants normands préparent leur participation au salon international de l'agriculture 2022

Publié le
Écrit par Richard Plumet

Deux semaines avant l'ouverture à Paris de la plus grande ferme de France, les élèves des lycées agricoles sont mobilisés. Exemple à Yvetot (Seine-Maritime)

 Après une annulation en 2021, le salon international de l'agriculture est très attendu par des dizaines de milliers de visiteurs.  
L'édition 2022, qui se tiendra du 26 au février au 6 mars 2022 au parc des expositions de la Porte de Versailles de Paris, est aussi un évènement incontournable pour les agriculteurs, les éleveurs et les producteurs fermiers.

Une vitrine du monde agricole à laquelle les élèves des lycées et établissements spécialisés sont associés.   En Normandie, c'est le cas du lycée agricole d'Yvetot (Seine-Maritime) où une équipe d'étudiants en BTS va participer au Trophée international de l'enseignement agricole.  Le "TIEA" qui a pour vocation de valoriser le travail des élèves et la qualité de leur formation comprend plusieurs épreuves dont celles avec des bovins laitiers présents dans les établissements d'enseignements agricoles.

C'est ainsi que, comme les éleveurs présents au salon de l'agriculture, les jeunes participants au trophée, devront exposer au public leur animal, décorer et animer son stand puis emmener leur bête sur le grand ring, où devant le public et sous la lumière des projecteurs aura lieu un "grand oral de présentation".  

Au lycée agricole d'Yvetot, 6 étudiants en BTS préparent depuis plusieurs mois ce concours. Ils iront à Paris avec "Pomme", une vache de race normande âgée de 3 ans, la plus calme du cheptel du lycée.  

"Pomme est très calme, elle a une bonne personnalité, plutôt apaisée, donc on n'a pas de crainte pour aller au salon avec cette vache."

Chloé Pailette, élève en 1e année de BTS au lycée agricole d'Yvetot (Seine-Maritime)

La vache est entrainée au bruit parisien

Pour préparer leur venue au salon international de l'agriculture, les 6 étudiants en BTS entraînent chaque jour leur vache Pomme à marcher avec eux, tenue à la main par un licol.
Ils ont aussi débuté une "cure de bruit" en approchant de sa tête un petit haut-parleur, comme l'explique  Lubin Blondel, élève en 2ème année de BTS au Lycée Agricole d'Yvetot :
"On met du bruit de foule pour essayer d'imiter le bruit qu'elle va entendre à Paris afin qu'elle reste calme en toute circonstance, et petit à petit elle s'habitue."  

Pour avoir une idée du niveau sonore qui attend Pomme dans les halls parisiens, du bruit de foule, de la sono, de la lumière des projecteurs, des flashs d'appareils photo, et des parcours au milieu des allées, à quelques centimètres des visiteurs, voici, ci-dessous, une vidéo avec la vache "Aronde", star du salon 2013 car choisie pour figurer en tête d'affiche du 50e  Salon International de l'Agriculture.
Une vache de race normande venue de l'élevage de Mathieu Fercoq à Croixmare, entre Barentin et Yvetot (Seine-Maritime) :

Au Salon international de l'agriculture, pour les concours, les éleveurs préparent leurs vaches des mois à l'avance. Certains, comme l'a raconté un jeune  éleveur breton à l'auteur de cet article, vont jusqu’à installer dans la cour de la ferme une sono et des jeux de lumière pour, avec la musique à fond, habituer et entraîner les bêtes à défiler sur le grand ring devant les membres du jury, et se donner ainsi toutes les chances de remporter un prix.