VIDEO - Tempête Gérard : le trafic ferroviaire perturbé jusqu'à mardi matin, fin des pannes d'électricité, retour sur une journée agitée en Normandie

La Tempête Gérard a violemment frappé l'Ouest de la France ce lundi 16 janvier. En vigilance orange durant la moitié de la journée, la Normandie a essuyé des bourrasques jusqu'à 163 km/h. Côté dégâts, plusieurs dizaines de milliers de foyers privés d'électricité, des routes coupées par les branches et l'eau et des toitures abîmées.

163 km/h : c'est la puissance de la plus forte rafale mesurée en Normandie lors du passage de la tempête Gérard. Elle a été captée à Barneville-Carteret en début de matinée alors que le vent soufflait déjà fort sur les côtes manchoises depuis plusieurs heures.

Mais le littoral n'a pas été le seul à comptabiliser de très forts coups de vents. Selon Météo France, les rafales maximales devaient atteindre 100 à 110 km/h à l'intérieur des terres. Pourtant, la station de Carpiquet à relevé 119 km/h à Caen. 

Les conséquences de ces fortes bourrasques ont été multiples dans la région. Plusieurs milliers de foyers sont toujours privés d'électricité. Au pire du décompte, 34 000 usagers sont été privés de courant, dont une grande partie dans l'Orne, où jusqu'à 14 000 foyers touchés ont été recensés dans la matinée. Des renforts des départements voisins ont été mobilisés pour soutenir la remise en service complète du réseau électrique. 

Dans le Calvados, les communes de Feuguerolles-Bully et de Clinchamps au sud de Caen ont notamment été victimes de coupures de courant ce matin. Dans la Manche, situation identique à Yvetot-Bocage, Fierville-les-Mines ou encore Teurthéville-Bocage. 

Le trafic ferroviaire fortement perturbé

Presque aucun train n'a circulé dans la matinée de ce lundi. Midi passé, le trafic a repris sur les grands axes, Paris - Rouen - Le Havre et Paris - Caen - Cherbourg. En revanche, sur les petites lignes, les travaux de déblayages des branches sur les rails se poursuivent. Aucun train ne circulent sur les lignes Paris - Granville et Caen - Le Mans. Un retour à la normale n'est pas prévu avant mardi matin 

Plus de 700 interventions des pompiers

La violence des rafales de vent a été fatale pour de nombreux branchages. Tombés sur la chaussée, ils perturbent la circulation sur plusieurs routes du Calvados et de la Manche. Sur l'autoroute A84 à hauteur de Noyers-Bocage, ou encore à la sortie de Vire, où le vent a eu raison du célèbre panneau de l'andouille.

Les pompiers manchois sont déjà intervenus près de 400 fois. 139 sapeurs et 56 véhicules sont sur le pont, principalement dans le nord du département. A Cherbourg, le Pôle petite enfance Agnès Varda, inauguré l'été dernier a subi de gros dégâts, comme décrit par le maire Benoit Arrivé. "La tempête a occasionné des dégâts importants sur la façade nord et la toiture, avec des panneaux qui se désolidarisent de la structure. Nous avons appelé les familles pour les prévenir et ne manquerons pas de les tenir au courant si la fermeture de l’établissement devait se prolonger. Nous mettons tout en œuvre pour les impacter le moins possible". 

Nature déchaînée, routes coupées

Dans l'Orne, on dénombre 150 interventions des services de secours pour des chutes d'arbres ou d'objets et des toitures arrachées. Quant au Calvados, les pompiers ont comptabilisé 25 interventions pour des branches d’arbres ou des fils électriques sur la chaussée. 70 sapeurs-pompiers et 27 engins sont engagés dans les secteurs de Bayeux, Villers-Bocage et sur la côte aux alentours d'Omaha Beach. 

Des pluies abondantes accompagnent aussi les bourrasques. Alors que les précipitations ont été nombreuses ces derniers jours, certains cours d'eau ou marais débordent sur les routes. Les bassins de la Dives, de la Risle amont, et de Touques - Orbiquet - Calonne sont d'ailleurs en vigilance jaune pour des crues de faibles ampleurs, classiques pour la saison et générant des débordements localisés.