Transport : train, bus, covoiturage, comment se déplacer cet été en Normandie

Train, bus ou covoiturage. L’été approche et les futurs vacanciers réfléchissent aux moyens de transport qu'ils emprunteront pour rejoindre leur destination. De la réservation au voyage, coup d’oeil sur les conditions de déplacement.

Sur les rails ou sur les routes, le trafic reprend petit à petit sa cadence en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Port du masque obligatoire : cette consigne s’applique à tous les modes de transport. Voici ce qu’il faut savoir avant de réserver des vacances pour rejoindre la douceur normande ou s’évader ailleurs.

 

 

En train

L’offre s’enrichit sur les lignes normandes. Depuis le 15 juin 2020, le plan de transport est « désormais assuré à 80 % », précise la Région Normandie et la SNCF dans un communiqué. Il a vocation à évoluer jusqu’à la fin juin.

L’objectif ? « Répondre aux besoins grandissants de déplacement en journée », détaille la compagnie ferroviaire. Des trains supplémentaires sont mis en circulation entre Le Havre, Rouen et Paris ainsi qu’entre Cherbourg, Caen et la capitale. Sur la ligne Caen-Le Mans Tours, le service est normal. A compter du 29 juin prochain, tous les trajets sur les lignes normandes seront assurés, à l’exception de deux aller-retour Paris-Caen et d’un aller-retour Paris-Rouen.

Un week-end prolongé en Normandie le 14 juillet, une fausse bonne idée ? « Prendre le train ce week-end-là avec valises et enfants, c’est même pas la peine de le tenter », lance Karine Courteaud, présidente de l’association Usagers SNCF Paris-Rouen-Le Havre.

En raison de la crise sanitaire, beaucoup de travaux ont pris du retard, comme le projet EOLE. Le renouvellement d’aiguillages aura lieu cet été et notamment du 10 au 14 juillet. D’autres itinéraires seront alors empruntés et le temps de parcours sera allongé comme sur la ligne Paris-Caen-Cherbourg. Pour rejoindre Rouen depuis Paris, il faudra compter plus de quatre heures de voyage au lieu d'une heure et 45 minutes, en temps normal.

En covoiturage

Sur les routes, le covoiturage est possible grâce à la plateforme en ligne BlaBlaCar, depuis le 2 juin. La reprise est concomitante avec la fin de la règle des déplacements dans un rayon de 100 km. Une nouvelle fonctionnalité appelée « 1 seul à l’arrière » est disponible lors de la proposition ou de la réservation d’un trajet. Sur le site web, une fenêtre s’affiche. Elle rappelle l’importance de respecter la distanciation physique et précise que « les conducteurs peuvent choisir de ne proposer qu’une seule place à l’arrière ».

Sébastien Orhan voyage deux fois par semaine en covoiturage entre Rennes et Caen. Il a expérimenté le transport avec l’option d'un seul voyageur sur la banquette arrière. « Cela me rassure parce je fréquente des personnes sensibles dans mon environnement », détaille ce covoitureur breton. Il travaille au CHU de Caen. Déjà très exposé, le jeune chirurgien-dentiste sélectionne ses trajets depuis le déconfinement. Pas question de voyager dans une voiture où le conducteur « bourre trois personnes à l’arrière », lance-t-il, avant d'ajouter : « j’évite ça au maximum ».

Le covoiturage est très utilisé depuis le début du mois de juin. BlaBlaCar constate un retour rapide des voyageurs vers ce moyen de déplacement. « Cela garantit la confiance car les contacts sont minimisés en voiture par rapport au bus ou au train », souligne le service communication de l’entreprise.

En bus

Les futurs vacanciers doivent encore patienter pour voyager en bus. La compagnie BlaBlaBus dessert différentes villes normandes comme Caen, Deauville, Cabourg, Le Havre ou encore Rouen. Les autocars circuleront à nouveau à compter du 24 juin, pour rejoindre une soixantaine de destinations françaises. Les réservations sont possibles depuis début juin. Une augmentation progressive de l’offre est prévue pendant l’été, annonce BlaBlaBus dans un communiqué du 28 mai.

« Un siège sur deux » est mis en vente, est-il aussi précisé. Chaque passager sera installé près de la fenêtre et sans que la place voisine ne soit occupée. Du gel hydroalcoolique sera à disposition à bord et les véhicules seront désinfectés quotidiennement. « Nous souhaitons recommencer progressivement et accueillir les passagers dans les meilleures conditions », détaille l'entreprise de transports.