Bayonne confirme, Agen marque un arrêt

L'Aviron Bayonnais  l'emporte à domicile 37 à 16 face à Agen. Bayonne semble avoir retrouvé sa confiance, galvanisé par sa récente victoire contre Biarritz. Agen, trop indiscipliné, a multiplié les fautes de jeu.

Le bayonnais Mike Philips  avec l'agenais Saimoni Vaka
Le bayonnais Mike Philips avec l'agenais Saimoni Vaka © GAIZKA IROZ / AFP
Douzièmes au coup d'envoi, les Bayonnais, restaient sur quatre défaites consécutives avant cette victoire à Aguiléra face à Biarritz (16-15). Ils retrouvent un peu de sérénité avec ce succès glané notamment grâce à la botte de Benjamin Boyet auteur d'un sans-faute avec neuf pénalités, un drop et une transformation (32 points).

Pour les Agenais, cette défaite marque une fin de série. Après un début de saison difficile et quatre défaites en quatre matches, ils restaient sur trois victoires consécutives face à Grenoble, Mont-de-Marsan et Bordeaux-Bègles.

Enthousiastes , les basques gênent les Agenais dès le début de match. Benjamin Boyet ne se prive pas pour entamer son sans-faute (9-0, 13e).
Mais sur le renvoi, les Agenais interceptent le ballon et le portent dans l'axe. Junior Pelesasa, sur un crochet,  perce le rideau défensif pour trouver à hauteur l'Argentin Miguel Avramovic qui aplatit au pied des poteaux sur la première incursion lot-et-garonnaise dans le camp adverse.
les Bayonnais continuent à pousser leurs adversaires indisciplinés à la faute et récupérent de nombreuses pénalités. Boyet en profite pour poursuivre son festival, portant l'avance des siens de 18-13 à la pause jusqu'à 27-16 (57e) après son premier drop réussi de la saison.

L'Aviron assure définitivement son succès sur un coup de pied par dessus la défense de Cédric Garcia qui aplatit dans l'en-but (71e) et signe le premier
essai à domicile des ciel et blanc à Jean Dauger.

Au classement, l'Aviron Bayonnais est 10e, Agen 12e.





Les réactions de Lanta et Sella
Christian Lanta (manageur de Bayonne)
"On est satisfait. On aurait signé tout de suite pour inscrire 37 points. Six jours après notre grosse performance à Biarritz, on était entamé physiquement. On a un peu souffert en première mi-temps, avant une seconde à sens unique où on a pu poser notre jeu. On regrettera toujours de ne pas avoir marqué un ou deux essais de plus. Mais on a poussé cette équipe à la faute et on a eu pas mal de pénalités grâce à notre état d'esprit."

Philippe Sella (directeur du rugby d'Agen)
 "Neuf pénalités encaissés, c'est beaucoup trop. Défensivement, on n'est pas trop mal. On a eu des joueurs disponibles dans l'organisation et aux plaquages. Mais derrière, on a échappé trop de ballons. On a commis des fautes grossières. On n'a pas réussi à tenir le ballon et certains joueurs n'ont pas été dans le coup"
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby