Mont-de-Marsan coule, Bordeaux se donne de l'air

Le derby des mal-classés a tourné à l'avantage des bordelais. Mont-de-Marsan semble désormais condamné. Bayonne se fait étriller à Toulon 59 à 0, Agen s'incline à Armandie face à Castres.



Il a fallu un derby pour qu'une équipe d'Aquitaine s'impose, hier, lors de la 9ème journée du Top 14. Après la défaite du Biarritz Olympique, vendredi soir, face à Clermont, c'est au tour de Mont-de-Marsan, d'Agen et de Bayonne de s'incliner.

Mont-de-Marsan  12/17 Union Bordeaux Bègles


Bordeaux-Bègles, relégable au coup d'envoi, a réalisé une bonne opération en vue du maintien en allant s'imposer à Mont-de-Marsan (17-12), équipe valeureuse mais trop limitée pour espérer se sauver en Top 14, samedi soir, lors de la 9e journée.
L'UBB, sous pression avant ce match, a donc imité Toulon, Paris, Clermont et Agen, pour ramener une victoire précieuse qui lui permet de quitter la zone de relégation après les défaites d'Agen et de Bayonne.
Les Montois, toujours en quête d'une première victoire, ont cravaché mais n'ont pas réussi à forcer le destin face à l'un de leurs derniers concurrents directs pour le maintien.
Malgré un deuxième bonus défensif, la suite risque de ressembler à un calvaire pour le promu qui, à n'en pas douter, et malgré ses moyens, fera tout pour ne pas finir +fanny+ dans ce championnat trop grand pour lui.
Mais que ce fût dur pour les hommes de Raphaël Ibanez, pourtant parfaitement lancés par un essai de Chalmers, admirablement servi par une passe au pied de Lopez (10), mais qui n'ont pas réussi à matérialiser l'écart initial qu'il y avait entre les deux derniers.
En cause, leur conquête, mal récurrent, surtout en mêlée, qui a permis aux Montois et notamment leur buteur landais Vignau-Tuquet de rester en vie à la pause (7-3).
Bis repetita à la reprise, avec cette fois le capitaine Clarkin qui donnait l'exemple en partant seul derrière une mêlée pour finir dans l'en but (52, 14-3).
L'essai du break ? On aurait pu croire, tant les Landais parurent au fond du seau. Cela dura deux minutes, en raison d'un relâchement coupable de la discipline visiteuse, et d'un secteur de la mêlée toujours aussi mal en point par des Girondins loin d'être sereins.
La fin de match devenait même crispante quand Vignau-Tuquet ramena les siens à cinq longueurs (17-12, 71), avec des Bordelais réduits à quatorze (carton jaune pour Toetu).
Mont-de-Marsan, tout près d'un premier succès, jetait ses dernières forces mais les visiteurs conservaient leur ligne et leur pécule d'avance, synonyme d'espoir dans la lutte pour le maintien.

 




Les déclarations d'après-match :


Antoine Vignau-Tuquet (ouvreur de Mont-de-Marsan) : "C'est dur. On ne finit pas loin. On fait des efforts. Les mecs donnent tout sur le terrain, mais encore une fois, il y a des détails qui ne trompent pas et qui font que l'on ne score pas et qu'on ne tient pas le ballon. On est très déçu. Plus que les comptes, c'était surtout le fait de gagner qui nous tenait à coeur, tout simplement. Regoûter à la victoire, c'est ça qui nous manque. Les concurrents, on ne les regarde pas trop. Nous, ce qu'on veut, c'est un déclic, savoir que l'on est capable de gagner en Top 14. Et là, à l'heure actuelle, on donne raison aux pronostics et nous, ça nous fait mal".

Raphaël Ibanez (manageur de Bordeaux-Bègles) : "L'UBB n'a rien fait d'extraordinaire ce soir mais il fallait le faire dans un contexte très délicat et c'était loin d'être évident. On aurait pu avoir des joueurs timorés mais ce n'était pas le cas, notamment en première mi-temps. C'est le signe que cette équipe continue à se construire, à forger son identité par le jeu. Sortir de la zone de relégation est un signe qui compte, encourageant."


Agen 14/22 Castres


Castres a confirmé à l'extérieur son bon début de saison en s'imposant sur le terrain d'Agen (22-14), plongeant de nouveau sa victime du soir dans la zone de relégation après la victoire de Bordeaux-Bègles à Mont-de-Marsan, samedi, lors de la 9e journée du Top 14 de rugby.
Le CO, qui n'avait enregistré comme meilleur résultat en déplacement qu'un nul au Stade Français, remonte à la 5e place au classement.
Pour le SUA, ce troisième revers de la saison à domicile, sonne comme un retour en arrière, à la mi-septembre, avant que les hommes de Philippe Sella ne réalise un triptyque victorieux.
Malgré l'appui du vent, les Agenais n'ont pas réussi à faire la différence lors d'un premier acte plutôt dominé par les visiteurs, plus puissants, plus entreprenants aussi, qui s'est résumé à un duel de buteurs, Kockott répondant du tac au tac à Barnard (9-9, 40).
Seule action à se mettre sous la dent pour le public frigorifié, un sauvetage de Coux (32) pour éviter un essai tarnais, initié par les deux ailiers Andreu et Martial, et relayé par le véloce Tekori.
La parité à la pause était heureuse pour les locaux, qui à la reprise, subissaient l'impact castrais. Si Kockott manquait la cible de loin (42), il se rachetait en réussissant coup sur coup deux nouveaux buts (51, 56) donnant un avantage logique aux siens et un ascendant sur le match matérialisé par un superbe essai du flanker Caballero, après une belle combinaison en touche et une percée rageuse de Tekori (22-9, 58).
Pendant vingt minutes, le CO géra son avance avec pragmatisme, s'évertuant à occuper le camp agenais, mais à cinq minutes du terme, le jeune centre suaviste Pètre redonnait espoir à Armandie, en pointant un essai en force, consécutif à une percée majuscule du capitaine Pelesasa (75).
Face au vent, l'ancien meilleur réalisateur du Top 14 Barnard manquait la transformation, qui aurait été synonyme de bonus défensif (14-22).

Toulon  59/0  Bayonne

Le Rugby Club Toulonnais a très largement dominé l'Aviron Bayonnais (59-0) samedi soir au stade Mayol en inscrivant huit essais, lors de la 9e journée du Top 14 de rugby, pour sa huitième victoire de la saison.
Qui arrêtera Toulon ? C'est la question que l'on pouvait se poser après le récital des hommes de Bernard Laporte face aux Basques.
Les Toulonnais débutaient leur festival offensif avec un essai de Steffon Armitage (6) devant des Bayonnais complètement dépassés par la vitesse d'exécution d'une équipe varoise qui se montrait efficace dès le début de la rencontre.
Après une belle percée de son frère Delon, le troisième ligne anglais aplatissait derrière la ligne. Jonny Wilkinson transformait (7-0, 6). Puis c'est Bakkies Botha qui passait la ligne d'en-but, à la suite d'un coup de pied de renversement de Jonny Wilkinson.
Vincent Martin, à la réception, servait le deuxième ligne Sud-Africain pour le deuxième essai varois de la rencontre. Là aussi, Jonny Wilkinson transformait (14-0, 12).
Face à des Bayonnais complètements étouffés sous les enchaînements de leurs adversaires, les Varois enfonçaient le clou après la demie-heure de jeu. Steffon Armitage inscrivait un doublé et la précision au pied de Jonny Wilkinson, auteur entre temps d'une pénalité, faisait le reste (24-0, 31).
Le calvaire des Bayonnais n'était pas terminé. En tout début de deuxième période, Vincent Martin, bien servi par Delon Armitage, inscrivait le quatrième essai rouge et noir (31-0, 42), avant d'être imité par Jean-Charles Orioli (38-0, 45), Delon Armitage, pour un essai en coin (45-0, 50) puis Joe Van Niekerk, après une mêlée à cinq mètres dominée par les Toulonnais (52-0, 62).
Jonny Wilkinson transformait à chaque fois, alourdissant la note toulonnaise.
Enfin, David Smith inscrivait un huitième essai sur le gong que Matt Giteau se chargeait de transformer (59-0, 80).
Avec cette victoire, Toulon reste leader du championnat tandis que Bayonne descend à la douzième place.

 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité