Les patrons viennent de recevoir la Côtisation Foncière des Entreprises (CFE), remplaçant la taxe professionnelle. Dans certains cas, le montant a doublé voir triplé par rapport à 2011, ce qui provoque la grogne des commerçants, entre autres.

A Bourganeuf, les commerçants, professions libérales et artisans lèvent le bouclier. En effet, le passage de la taxe professionnelle à la côtisation foncière des entreprises a fait doubler, parfois tripler le montant par rapport à l'an dernier.

Dans un rapport national, l'Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l'Artisanat (APCMA) et les Chambres de Métiers et de l'Artisanat (CMA) souhaitent attirer l'attention des pouvoirs publics sur ce problème, soulignant l'économie déjà fragile des entreprises.

L'APCMA s'adresse au Premier ministre, lui demandant "la cohérence avec le Pacte de compétitivité dans la démarche de stabilisation sur la durée du quinquennat des cinq dispositifs fiscaux importants pour l'investissement et la vie des entreprises".

L'organisme rappelle également au gouvernement qu'il vient d'éxonérer les auto-entrepreneurs pour 2013, dénonçant "l'inégalité de traitement devant l'impôt sur les mêmes domaines d'activités".

Le Limousin n'est pas épargné par cette hausse. Exemple à Bourganeuf:
Interviennent dans ce reportage:
Francis Mathieu
Président de la chambre des métiers de l'artisanat de la Creuse
Jean- Claude Michaud
Pdt de la communauté de communes de Bourganeuf- Royère
Claude Royère
Commerçant