Cet article date de plus de 8 ans

L'industrie nautique face à l'une des pires crises de la filière

Ambiance morose dans les allées du Salon nautique de Paris qui a ouvert le 8/12 et fermera ses portes le 16/12. Avec des ventes en baisse de 20%, l'industrie nautique française est dans le rouge. Plusieurs chantiers navals de Charente-Maritime sont concernés.

les voiliers neufs se vendent de moins en moins depuis trois ans
les voiliers neufs se vendent de moins en moins depuis trois ans © Maxppp
Après un léger rebond en 2011, la chute est brutale : la FIN (Fédération des Industries nautiques) prévoit une baisse de 24% du chiffre d'affaires dans la production des voiliers et de 10% dans le motonautisme. Ces chiffres accablent un peu plus une filière qui a déjà perdu plus de 4000 salariés au plus fort de la crise en 2009.

Les professionnels désorientés
Les professionnels broient du noir et naviguent en tirant des bords. Selon une étude, un patron de chantier naval sur dix affirme ne pas avoir le moral, contre seulement 3% l'année dernière à la même époque.
«Le choc est violent». Jean-François Fountaine, le président de la Fédération des industries nautiques, n'a pas mâché ses mots en évoquant la situation de la filière cette année en France. En tant que directeur du Chantier Fountaine-Pajot, à Aigrefeuille (17), il vit au coeur de cette crise qui affecte aussi les ventes des catamarans construits dans ses ateliers. Ecoutez ce qu'il en dit au micro d'Olivier Riou, qui l'a interviewé au Salon nautique de Paris.
Trois questions à JF Fountaine, président de la Fédération des Industries Nautiques

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique nautisme