• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Disparition d'André Halimi, le cofondateur du festival du film policier de Cognac

André Halimi en 2010. / © maxppp
André Halimi en 2010. / © maxppp

André Halimi avait co-fondé le festival du cinéma américain de Deauville et celui du film policier de Cognac. Il est décédé dimanche à l'âge de 83 ans 

Par D.L. (avec AFP).

André Halimi, co-fondateur du festival du cinéma américain de Deauville et auteur de très nombreux documentaires, est décédé dimanche à l'âge de 83 ans à Jérusalem,où il séjournait avec sa famille, a-t-on appris lundi auprès de son entourage.
André Halimi, qui était atteint de la maladie de Parkinson, n'avait cessé de travailler qu'il y a "deux ou trois ans", selon sa fille Béatrice Nakache-Halimi.

Né en 1930 à Béja en Tunisie, il avait travaillé comme journaliste dans la presse écrite à ses débuts avant de devenir le rédacteur en chef de Pariscope pendant 14 ans et de fonder sa société de production, Editing Productions en 1976.
Il a produit environ 500 documentaires sur le cinéma, la danse, le spectacle et les divertissements, pour la télévision publique ainsi que pour quelques chaînes privées dont Paris Première. André Halimi a ainsi signé des portraits de Jean Cocteau, Louis de Funès, Michèle Morgan ou Charlie Chaplin.

Il avait co-fondé en 1975 le festival du film américain de Deauville avec Lionel Chouchan et celui du film policier de Cognac en 1982, rendez-vous de tous les amateurs de polar pendant 26 ans.

André Halimi est l'auteur de plusieurs livres et pièces de théâtre et avait réalisé deux documentaires, devenus célèbres, sur l'Occupation: "Chantons sous l'Occupation", diffusé dans les années 1975 et 1976, et "la délation sous l'Occupation", réalisé en 1997.
Dans ce dernier, il montrait, par le biais d'interviews d'historiens, de psychanalystes, de témoignages de victimes et de leurs parents, comment trois millions d'informateursavaient envoyé des millions de lettres de dénonciation, ainsi que les autres pratiques des délateurs à cette époque.

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

G7 : La halle d'Iraty met le pays basque en vitrine

Les + Lus