Cet article date de plus de 7 ans

La troisième cuvée du festival « Vins Noirs » s’internationalise !

Le festival réunissant auteurs de polars et vignerons, mi-juin, rue Haute-Vienne à Limoges, accueillera pour sa troisième édition un plateau relevé, avec entre autre l’écrivain best-seller britannique, certes controversé, R.J. Ellory, et plusieurs « pointures » féminines, dont Maud Mayeras
Né de la passion pour les polars et les bons vins (sans modération pour les premiers, avec pour les seconds) de membres de l’association « Les Picrates », le festival « Vins Noirs » a vu le jour en juin 2012.
Son but : organiser, pour le public, sur une journée, une réunion d’auteurs de polars et de vigneron, une quinzaine chacun, dans une rue – autrefois très – passante de Limoges, la rue Haute-Vienne.
Sa troisième édition se tiendra le 14 juin prochain, un samedi, avec un « before » le 13. Pas encore totalement bouclé, et dépendant d’aléas de dernière minute, son plateau, littéraire, s’annonce riche et puissant cette année.

Une signature internationale devrait en effet, pour la première fois, y participer. Il s’agit de l’auteur britannique R.J. Ellory, à qui l’on doit, entre autre, les best-sellers Seul le silence, Vendetta ou encore les Anonymes. Il convient toutefois de rappeler que l’homme est aujourd’hui controversé pour, et d’une, d’artificielles critiques élogieuses qu’il avait lui-même écrit, et de deux, son appartenance à l’Eglise de Scientologie. Ces deux faits étant toutefois sans rapport avec sa participation.

Côté français, deux grandes plumes féminines seront présentes. D’une part, la limougeaude Maud Mayeras, dont le deuxième livre, Reflex, paru en octobre dernier chez Anne Carrière, affole et la critique et les chiffres de vente. De l’autre, l’écrivain-actrice Sylvie Granotier, « poids-lourd » du genre.

Ces messieurs ne seront pas en reste, avec notamment les tenants de ce que certains ont qualifié de « néo-école du polar limougeaud », Franck Linol, Franck Bouysse et Joël Nivard.
Une édition qui rendra également un hommage appuyé à l’un de ses membres fondateurs et participants, disparu l’été dernier, Serge Vacher.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture littérature