Cet article date de plus de 7 ans

La camp@gne.net | mercredi 5 mars 2014

Les candidats aux municipales de Bayonne s'expriment aussi sur le web et les réseaux sociaux. Quelque soit leur date de naissance, ils ont compris que la campagne était aussi celle des nouvelles  technologies. Certains confondent même politique et message personnel...
© France 3 Aquitaine

Henri Etcheto

Parmi les candidats bayonnais, le socialiste Henri Etcheto, est celui qui a le plus d’abonnés sur Twitter. Un peu plus de 500.

Il y pratique une communication classique  et modérée. Pas plus d'un message par jour dans lequel il se contente de rappeler les rendez-vous de sa campagne , de renvoyer sur son site officiel.


Jean-René Etchegaray

Le centriste Jean René Etchegaray, lui, a une approche presque plus moderne, alors qu'il est de 20 ans sont aîné... Mais il aime aussi partager des messages plus personnels. Dans son dernier tweet, par exemple, il salue la victoire de l’Aviron Bayonnais dans le derby basque.

Sa page Facebook est assez appréciée avec 1118 "j’aime" (like)...




Sylvie Durruty

La candidate divers droite Sylvie Durruty est des plus populaires : elle frôle les 2900 like sur son site de campagne, presque 3 fois plus !
Un chiffre qui a surpris, en particulier nos confrères de Sud-Ouest qui ont remarqué que dans la semaine qui a suivi l’ouverture de son compte,  ses "like" ont grimpé en flèche... Et l’ex patronne de l’UMP a été soupçonnée d’avoir acheté des "like", une astuce de marketing interdite par le code électoral.
Sylvie Durruty a démenti : elle n’a rien acheté mais a seulement une « équipe très active sur le net… »


Bernard Oyenar

Le frontiste Bernard Oyenar se présente effectivement comme candidat sur son site. Un site livré clé en main par le Front National : même mise en page pour tous les candidats, même édito, même programme...
La particularité de Bernard Oyenar c’est que son équipe est toujours en constitution. Il n’a plus que quelques heures s’il veut déposer officiellement sa candidature en préfecture (jusqu'au 6 mars).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 revue de web politique internet