Affaire de Tarnac: fin de l'information judiciaire dans l'enquête sur les sabotages

Publié le Mis à jour le

Les juges du pôle anti-terroriste de Paris ont signifé le 14 avril dernier la fin de l'information judiciaire sur le sabotage des lignes Sncf du 8 novembre 2008

Cette information a été relayée ce mercredi par France Inter sur son site internet. Rappelons qu'en 2008, le "groupe de Tarnac" est soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF  sur des caténaires, dans l'Oise, l'Yonne et la Seine-et Marne. Conséquence: Julien Coupat, leader présumé du groupe de Tarnac et sa compagne, Yildune Lévy, ont été mis en examen ainsi que huit autres personnes pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

Désormais le parquet a trois mois pour dire s'il souhaite le renvoi des neuf personnes mises en examen devant un tribunal correctionnel. Les militants du groupe de Tarnac risqueraient alors 10 ans de prison. Ils ont toujours contesté les faits qui leur étaient reprochés et ont de leur côté demandé une autre enquête sur le procès-verbal de filature de Julien Coupat et Yldune Lévy qu'ils ont considéré comme étant un faux.