• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Meurtre de Mylène, c’était il y a un an

Nous avions rencontré Mylène en mars 2009. Elle réagissait à une étude du magazine "Têtu" sur l'intégration des homosexuels dans les villes de plus de 100 000 habitants. Limoges n'était pas bien classé. / © France 3 Limousin
Nous avions rencontré Mylène en mars 2009. Elle réagissait à une étude du magazine "Têtu" sur l'intégration des homosexuels dans les villes de plus de 100 000 habitants. Limoges n'était pas bien classé. / © France 3 Limousin

Le 26 juillet 2013, l’actualité de Limoges était marquée par une dramatique affaire criminelle : le meurtre à coups de marteau de Mylène, un travesti très connu dans le monde de la nuit.

Par François Clapeau

Ce sont des proches qui avaient donné l’alerte dans la matinée. Dans une maison de Couzeix, les pompiers font une macabre découverte : le corps sans vie de Laurent Mallet, 42 ans, artiste transformiste connu sous le nom de Mylène.

Figure du monde de la nuit

Une instruction est rapidement ouverte et les premiers résultats de l'autopsie permettent de conclure à une mort d'origine violente. Mylène a été tuée à coups de marteau.
Beaucoup d'amis ou connaissances sont venus déposer petits messages, fleurs ou peluches, sur le portail de "Mylène" à Couzeix. 01 août 2013 / © Cécile Descubes
Beaucoup d'amis ou connaissances sont venus déposer petits messages, fleurs ou peluches, sur le portail de "Mylène" à Couzeix. 01 août 2013 / © Cécile Descubes
Les hommages se multiplient devant le domicile de la victime ou sur internet. Mylène était une figure incontournable et très appréciée dans le monde de la nuit à Limoges.

Arrestation en Bulgarie

Les enquêteurs recherchent un homme avec qui Mylène avait rendez-vous, tard la veille au soir. Il est finalement arrêté en Bulgarie puis transféré à Limoges. Il reconnaît avoir porté les coups de marteau mortels, assénés selon lui  "dans le cadre d'une alcoolisation massive et de violences réciproques", nous explique le procureur de la République de Limoges.
Mis en examen pour vol accompagné ou suivi de violences ayant entraîné la mort, il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus