Epidémie de grippe : le plan ORSAN déclenché dans tous les hôpitaux

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déclenché hier à l'échelle nationale le plan ORSAN d'organisation de l'offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles pour répondre à l'ampleur de l'épidémie de grippe qui a déjà touché plus de 2 millions de personnes en France.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pour le ministère de la Santé, "le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint". Marisol Touraine a "rappelé l'importance de la vaccination anti-grippale, en particulier pour les personnes âgées et le personnel de santé".


Des hôpitaux débordés

Le plan ORSAN, décliné au niveau régional, comprend la mobilisation du secteur ambulatoire (médecine libérale) pour ne recourir à l'hospitalisation que pour les situations d'urgences le nécessitant. Les hôpitaux sont en ce moment débordés face à l'afflux de malades de la grippe. Le plan annoncé par la ministre de la Santé permet entre autre de déprogrammer des interventions non urgentes pour libérer des lits.

Les dispositifs "hôpital en tension" et, le cas échéant, les "plans blancs" doivent permettre "de déprogrammer des activités non indispensables, d'ouvrir des lits supplémentaires, de rappeler des personnels et de renforcer ponctuellement les équipes de professionnels de santé dans les établissements en difficulté", a indiqué le ministère.




Le secteur médico-social est également mobilisé pour assurer la prise en charge sur place des malades dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).


Une situation comparable à celle de la canicule en 2003

La réouverture de lits avait été réclamée par les urgentistes qui ont dénoncé la "situation sanitaire critique" dans les hôpitaux surchargés en raison de l'épidémie.

La "sur-saturation des services d'urgence est comparable à celle de l'été 2003", durant lequel la canicule avait fait 15.000 morts, a estimé le président du Samu-Urgences de France François Braun, réclamant le déclenchement du plan ORSAN.

La grippe saisonnière a déjà touché plus de 2 millions de personnes, parmi lesquelles les plus de 65 ans sont les plus sévèrement touchés, selon l'Institut de veille sanitaire (INVS). 72 personnes en France sont décédées des suites de la grippe depuis le 1er novembre et 245 ont dues être hospitalisés en réanimation la semaine dernière.


Tous les hôpitaux de Poitou-Charentes concernés

Selon le réseau Sentinelles, chargé de la surveillance épidémiologique, le Poitou-Charentes ne faisait plus partie la semaine dernière des régions les plus atteintes par la grippe à l'inverse du Limousin par exemple. Avec 931 cas pour 100 000 habitants, la région est tout de même largement au-dessus du seuil épidémiologique fixé à 162 cas pour 100 000. L'ARS (Agence Régionale de Santé) indique que les données épidémiologiques semblent montrer que nous sommes proches du pic épidémique et qu’une décroissance pourrait être envisagée dans les prochaines semaines.Tous les hôpitaux du Poitou-Charentes sont concernés par la mise en place du Plan ORSAN. A La Rochelle par exemple, le service des urgences est débordé par l'afflux de malades de la grippe. Hier jeudi, les patients devaient parfois patienter longtemps pour voir un médecin et surtout le personnel de l'hôpital était confronté à un crucial problème de manque de lits. Le Plan ORSAN déclenché par le ministère devrait faciliter la prise en charge des nouveaux arrivants et des personnes devant être hospitalisées. L'ARS précise que "dans le cadre du dispositif ORSAN (organisation de la réponse du système sanitaire), les établissements en tension ont fait appel à la mise en place de lits supplémentaires et la mobilisation de personnels pour répondre à cette situation d’urgence et assurer la prise en charge des personnes malades".
Le reportage à l'hôpital de La Rochelle de Laurence Couvrand, Marianne Gaudillière, Nadine Pagnoux-Touret : 
Reportage de Laurence Couvrand, Marianne Gaudillère et Nadine Pagnoux-Touret



Pour le Poitou-Charentes, le volume global d’activité aux urgences continue logiquement de progresser, entraînant des situations tendues variables selon les territoires. Plusieurs établissements, notamment le centre hospitalier de La Rochelle, se sont déclarés en situation de tension. Dans le cadre du dispositif ORSAN (organisation de la réponse du système sanitaire), ces établissements en tension ont fait appel à la mise en place de lits supplémentaires et la mobilisation de personnels pour répondre à cette situation d’urgence et assurer la prise en charge des personnes malades.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) de Poitou-Charentes a mis en place un système de surveillance, et un accompagnement si besoin, des établissements de santé sièges de Service d’Accueil et d’Urgence (SAU). Elle a également mobilisé le secteur médico-social pour la détection précoce et la prise en charge des épidémies d’infections respiratoires aigues dans les collectivités de personnes âgées, ainsi que les professionnels du secteur ambulatoire, afin d’optimiser les circuits de prise en charge.

Le rappel des mesures de prévention pour stopper les transmissions telles que la vaccination, l’hygiène des mains en particulier, et le port de masque, a également été effectué.