Devant la faillite d'un entrepreneur, la famille se retrouve surendettée

L'entreprise qui devait rénover leur maison achetée il y a deux ans a fait faillite. Après avoir injecté 46 000 euros d'avance dans les travaux de rénovation de leur maison, Jean-Loup et Adeline ne peuvent toujours pas y vivre. 

C'est un article de Centre Presse qui relate leur mésaventure : en octobre 2013, Jean-Loup (32 ans) et Adeline (29 ans) achètent une maison à rénover à Jardres (Vienne), pour la somme de 32 000 euros. Il leur faut refaire 200 mètres carrés : leur banque leur accorde un prêt de 120 000 euros, et le couple contacte un artisan basé à Chasseneuil-du-Poitou pour assurer les travaux.

Le couple signe un devis de 46 000 euros et verse un accompte : les travaux doivent durer trois mois. Mais l'entrepreneur risque la faillite et leur demande de verser la totalité de la somme afin de pouvoir maintenir son activité. Jean-Loup et Adeline acceptent de soutenir l'artisan.

Résultat : les travaux ne sont pas terminés et l'entrepreneur a quand même fait faillite. Celui-ci leur a signé une reconnaissance de dettes d'environ 31 000 euros, mais la famille a dû monter un dossier de surendettement. En attendant, le couple vit dans le trois-pièces de la mère d'Adeline et tente de finir les travaux en comptant sur la solidarité.

Interviews : Jean-Loup Sabandith, propriétaire d'une maison en cours de rénovation ; Adeline Lahaye, propriétaire d'une maison en cours de renovation ; Julien Alamargot

 

Appel à l'aide
Jean-Loup et Adeline recherchent de l'aide "financière, humaine ou encore matérielle". En particulier pour réaliser des travaux comme l'ensemble de l'électricité et de la plomberie ; la maçonnerie pour remonter des ouvertures ; jointoyer les murs en pierres et couler une chape béton. Ils auront aussi besoin de main-d'oeuvre et de connaissances pour l'isolation et les plaques de plâtre, la création des salles de bain et la peinture.
Ils ont aussi lancé un appel aux dons et ouvert une "cagnotte" sécurisée.