Reprise des boulangeries Parneix : l'offre du groupe Firmin retenue par le tribunal de commerce de Limoges

Hier vendredi 27 février 2015, le tribunal de commerce de Limoges a tranché en faveur du projet présenté le groupe Firmin, qui détient une trentaine de magasins en France. Les salariés avaient plébiscité l'offre concurrente de Gérard Chevallier. Une décision qui suscite l'appréhension du personnel. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le groupe Firmin, fondé à Périgueux, a désormais dans son giron six des huit boulangeries qui appartenaient encore au groupe Déméter-Parneix, en 2013.

Grégory Fourey, le patron de Firmin, a mis sur la table 500.000 euros afin de rembourser les créanciers et s'est engagé à conserver les 43 salariés des quatre boulangeries Parneix. Mais les salariés, dans leur majorité, auraient préféré que l'enseigne soit reprise par Gérard Chevallier. Une offre qui pourtant prévoyait cinq licenciements, mais selon eux, présentait de "meilleures garanties salariales notamment en matière d'ancienneté".

Le tribunal de commerce de Limoges a rendu sa décision hier, l'épilogue d'une longue période d'incertitude pour l'enseigne limougeaude créée par Philippe Parneix.