Il y a 100 ans quatre soldats du 63ème régiment d'infanterie de Limoges étaient fusillés pour l'exemple

Une tranchée française en Lorraine dans les environs Flirey en 1915 / © France 3 Limousin
Une tranchée française en Lorraine dans les environs Flirey en 1915 / © France 3 Limousin

Le 20 avril 1915 deux creusois, un haut-viennois et un charentais furent passés par les armes pour faire un exemple après que leur compagnie, déjà décimée par de terribles combats, eut refusé de monter une nouvelle fois inutilement à l'assaut. Ils furent réhabilités dès 1934.

Par Pascal Coussy

Ils s'appelaient Felix Baudy, François Fontanaud, Antoine Morange et Henri Prebost.

Leurs officiers du 63 ème régiment d'infanterie de Limoges attesteront qu'avec leur compagnie ils avaient tous participé dans les jours précédents à de terribles combats particulièrement éprouvants et meurtriers.
Le 19 avril, à Flirey en Lorraine, les rescapés épuisés refusent de monter une nouvelle fois au front inutilement dans des conditions que certains de leurs supérieurs directs jugeront injustes et inhumaines.

Mais le général Delétoille, commandant du 31eme corps d'armée, réclame la cour martiale, pour lâcheté, pour toute la compagnie.
A défaut, cinq hommes tirés au sort, sont jugés le jour même.
Quatre sont fusillés le lendemain, le 20 avril, pour l'exemple.

Fait exceptionnel, dès 1934, Félix Baudy, François Fontanaud, Antoine Morange et Henri Prebost, les quatre fusillés de Flirey, furent réhabilités par une cour spéciale de justice militaire.

Aujourd'hui, l'un d'entre eux, Felix Baudy, un maçon creusois de 34 ans originaire de Royère-de-Vassivière, est enterré dans le cimetière du village et son nom est gravé sur le monument aux morts.
Sur sa tombe, une plaque rappelle qu'il ne fut pas un lâche mais un martyr.

VIDEO : 
Fusillés de Flirey
Reportage : France Lemaire, Pascal Coussy, Sébastien Bugeaud. Intervenant : Michel Kiener : historien

L'historien Michel Kiener donnera une conférence sur ce thème mercredi 22 avril à 19h30 à l'Espace Cité à Limoges.


Sur le même sujet

Bergerac : des consultations en télémédecine en accès direct depuis la pharmacie

Les + Lus