Grogne à Bordeaux : les élèves dans certains cas "resteront à l'école sans avoir d'activités"

Des représentants d'enseignants et parents d'élèves ont exprimé ces derniers jours leur mécontentement sur les conditions de mise en oeuvre à Bordeaux de la réforme des rythmes scolaires, dénonçant des restrictions budgétaires qui, selon eux, la vident de sens.

Image d'ilustration.
Image d'ilustration. © France 3 Aquitaine
"Cela ne devient qu'une question de financement", a dénoncé Agnès Dumand, secrétaire départementale du Snuipp-Fsu (premier syndicat d'enseignants du primaire), déplorant qu'avec la réforme bordelaise, les élèves dans certains cas "resteront à l'école sans avoir d'activités", alors que l'esprit initial de la réforme "voulait moins de classes et plus d'activités culturelles et sportives".

Le Snuipp a organisé mercredi un rassemblement, avec des parents d'élèves, à l'Inspection d'Académie, où une délégation a été reçue.

Pas ce qui avait été prévu

Mi-mai, la mairie de Bordeaux a présenté son projet final de réforme des rythmes, contenant moins d'heures d'activités périscolaires qu'initialement
envisagé, avec deux heures par semaine dans les écoles élémentaires contre trois au départ.
La journée d'école dans la ville, qui compte 15.600 élèves en maternelle et primaire, s'achèvera les lundi, mardi, jeudi et vendredi à 16H00 et non 16H30 et les enfants auront cours le mercredi matin.

Ces changements exaspèrent le Snuipp-FSU, ainsi que des parents d'élèves, notamment
à la FCPE (première fédération de parents) :
Dans un communiqué récent visant le maire UMP Alain Juppé, la FCPE a exprimé un "mécontentement général (..) à la hauteur de ces centaines de milliers d'euros que vous pourrez consacrer à la Fête du vin (360.000 euros de budget municipal en 2012) ou des quelques 6,5 millions d'euros de loyer annuel que requiert le Grand Stade" dont Bordeaux disposera en 2015.
"Il n'est pas normal que la ville de Bordeaux fasse des économies sur cette réforme", a dénoncé mercredi Vincent Maurin, directeur d'école et membre de la direction départementale du PCF.

La réforme, selon la mairie, coûtera à la ville quelque 120 EUR par élève, soit 1,8 million EUR par an, moitié moins que l'estimation haute envisagée au départ.
La mairie, en présentant son projet, a expliqué qu'elle avait été contrainte à des choix, invoquant la "baisse considérable des dotations de l'Etat" aux collectivités.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rythmes scolaires polémique éducation