PSG-Bordeaux : Ménez, le retour au Parc du petit prince

Jérémy Menez / © NICOLAS TUCAT / AFP
Jérémy Menez / © NICOLAS TUCAT / AFP

Deux ans après avoir quitté le Paris SG sur une suite de malentendus, l'ombrageux Jérémy Ménez a une nouvelle occasion d'électriser ce Parc des Princes qu'il fréquentait, enfant, demain, samedi avec Bordeaux lors de la 8e journée de L1.

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

Dans sa jeunesse, le natif de Longjumeau, en Ile-de-France supportait en effet le club de la capitale, avec lequel il a longtemps joué à +je t'aime moi non plus+ en raison du manque d'intérêt manifeste du PSG pour le riche vivier francilien.

Au-dessus du lot et vite repéré, Ménez s'exile alors à 13 ans à Sochaux. A 16 ans, sa précocité en fait le plus jeune joueur professionnel de l'histoire de la L1. Avant même d'avoir 18 ans, il réalise un triplé retentissant contre Bordeaux. Au même moment, le Paris post-Canal+ se noie dans l'anonymat et est incapable de rapatrier le talent émergent.

Le triplé de Ménez contre Bordeaux le 22 janvier 2005

Celui-ci va donc poursuivre sa progression à Monaco (2006-2008) puis avec la Roma (2008-2011), ce qui lui permet de décrocher 24 sélections en Bleu (2 buts).

Fer de lance de la génération tricolore 1987 qui a remporté l'Euro U17, il est alors, avec Karim Benzema, Samir Nasri ou Hatem Ben Arfa, le 4e joyau du club des futures pépites.

En quête de talents et de symboles, Paris, tombé aux mains du Qatar, conclut enfin en 2011 l'histoire d'amour, longtemps platonique. Recruté par Leonardo, entraîné par Carlo Ancelotti, Ménez signe deux années quasi idylliques, les meilleures de sa carrière : 9 buts et 17 passes décisives en 42 matches la 1re, puis 8 buts et 10 passes décisives la suivante. Le but à Lyon du nouveau héros offre à son club au printemps 2013 le 1er sacre historique de l'ère Qatari.

Meilleurs Buts de Ménez au PSG en 2013

L'arrivée à la tête du PSG de Laurent Blanc sonne pourtant comme le début de la fin. Ménez, qui avait bénéficié en Bleu de toute la confiance de l'ex-sélectionneur, est alors rattrapé par sa mauvaise réputation de +Bad Boy+.

L'inclassable attaquant, pris en grippe par une partie du Parc pour ses attitudes sur le terrain et gêné par une hernie discale, perd sa place dans un collectif cinq étoiles et un nouvel exil italien, au Milan AC, est au bout de la route.
 

Ménez, que l'on dit désormais assagi et apaisé, assure pourtant avant les retrouvailles n'être aucunement revanchard avant de fouler de nouveau la pelouse du Parc et n'exprime aucune animosité envers son ancienne formation. Ce serait même tout le contraire ! Il l'a déclaré

après le 0-0 face à Caen.

"Ça me fait super plaisir de retrouver le Parc des Princes trois ans après"

Une rencontre loin d'être anodine pour lui, puisqu'il a été couvé de toutes les attentions par son entraîneur cette semaine.
"J'ai échangé avec lui", a sobrement reconnu Jocelyn Gourvennec, qui a bien identifié l'écueil menaçant les Girondins.

Il est très content de retourner au Parc, un stade qu'il connait depuis tout gamin, dans lequel il a ensuite évolué. Après il a suffisamment d'expérience pour bien gérer émotionnellement ce
genre de match.


Le joueur de 29 ans, lui, se projette déjà : 

Je souhaite le meilleur au PSG mais j'espère que nous allons l'emporter samedi.


Lors de ses trois rencontres Porte de Saint-Cloud avec un maillot visiteur sur le dos, Ménez n'a pourtant jusque-là jamais réussi à s'imposer.

Sur le même sujet

Les + Lus