Traité Tafta : le gouvernement veut rassurer les vignerons bordelais sur l'IGP et la mention “Château”

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

Le secrétaire d'Etat français au Commerce extérieur, Matthias Fekl, a promis lundi 14 décembre aux vignerons du bordelais que l'accord TAFTA ne serait pas conclu entre les USA et l'UE s'il devait remettre en questions les IGP.

Par A.R. avec A.F.P.

Qu'est-ce que le Tafta ?

Le traité Tafta - traité de libre-échange transatlantique -, (également appelé TTIP) est un accord commercial en négociation depuis deux ans entre l'Union Européenne et les États-Unis. Il vise l'harmonisation des normes afin d'assouplir les échanger commerciaux entre les pays de l'U.E. et les USA.

S'il voit le jour, il sera le plus grand accord commercial au monde, touchant un marché de 850 millions de consommateurs. 

Selon l'Union Européenne, la conclusion de cet accord pourrait " créer des emplois et de la croissance dans l’ensemble de l’UE et faire baisser les prix, et d'offrir plus de choix aux consommateurs."

Mais cet accord est loin de faire l'unanimité dans la société et mobilise de nombreux acteurs de la société civile contre lui. Une pétition lancée à l'échelle européenne rassemble par exemple plus de 3 millions de signataires demandant l'arrêt des négociations. 

Quel rapport avec les vins de Bordeaux ?

Le Tafta suscite pour l'heure de nombreuses inquiétudes, en raison de l'impact qu'il pourrait avoir sur l'agriculture ou l'environnement, mais aussi sur le manque de transparence qui entoure les négociations. Les indications géographiques protégées pourraient donc théoriquement être menacées.

Les vignerons et négociants bordelais sont plus particulièrement soucieux de la défense de la mention "château", "l'essence même de bordeaux qui serait en jeu si on permettait à n'importe quel vin ou assemblage de porter cette mention-là", a rappelé le président du CIVB Bernard Farges.

C'est pour cela que Matthias Fekl, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Lot-et-Garonnais, est venu rassurer ce lundi 14 décembre les membres de la filière viticole bordelaise. 

Le gouvernement ne fera pas de concessions sur les IG, promet-il

Invité à l'assemblée générale du Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Matthias Fekl a donc rappelé l'importance de la filière viticole dans la balance commerciale française et "la totale mobilisation du gouvernement" auprès des viticulteurs.

M. Fekl les a assurés que ce sujet serait âprement défendu lors des négociations transatlantiques sur le traité de libre-échange en cours entre l'Union européenne et les Etats-Unis (Tafta).

"La défense de nos produits agricoles et viticoles fait partie des tops priorité de notre diplomatie et des lignes rouges pour ces négociations. Il n'y aura pas d'accord si la question des indications géographiques (IG), et ici plus particulièrement la mention 'château', n'est pas prise en compte".
 



"Les Etats-unis sont pour l'instant particulièrement fermés sur la question des IG en général mais nous ne transigerons pas, et il n'y aura pas d'accord si cela
n'est pas pris en compte",
a-t-il dit.

A lire aussi

Les + Lus