La CFDT de la Nouvelle-Aquitaine prône "une action dure" contre l'âge pivot de départ à la retraite

Jean-Paul Parot, le secrétaire général de la CFDT en Nouvelle-Aquitaine, a fait part au bureau national d'"une fermeté très forte pour exprimer ce retrait de l’âge pivot". Celui-ci a appelé à la mobilisation générale le 17 décembre prochain en fin d'après-midi.
Jean-Paul Parot est le secrétaire général de la CFDT pour la Nouvelle-Aquitaine et membre du bureau national du syndicat.
Jean-Paul Parot est le secrétaire général de la CFDT pour la Nouvelle-Aquitaine et membre du bureau national du syndicat. © FTV

La CFDT, favorable à une retraite par point, était le seul "allié" syndical du gouvernement. Jusqu'à aujourd'hui. Edouard Philippe avait à peine achevé son discours que Laurent Berger, le patron de la CFDT, évoquait le franchissement d'une "ligne rouge" en référence à l'âge d'équilibre à 64 ans. Un bureau national s'est réuni en fin de journée et appelé à la mobilisation le 17 décembre prochain. Jean-Paul Parot, secrétaire général de la CFDT en Nouvelle-Aquitaine, y a participé. Et il comptait bien y faire entendre la voix des militants de la région Nouvelle-Aquitaine en affirmant "une fermeté vis-à-vis de cette mesure quitte à entrer dans la grêve".  

Satisfait ou pas ?

« Je suis satisfait en partie mais insatisfait d’une autre partie. Le fait que le régime universel par point soit maintenu, soit affirmé par le gouvernement, c’est quelque chose de positif pour la CFDT. Par contre de remettre l’âge pivot au cœur des discussions ne nous convient pas. La CFDT avait exprimé depuis le départ que l’âge pivot était une ligne rouge. D’ailleurs le président de la république en aout 2019 avait exprimé à la télévision qu’il enlevait cet âge pivot, et on constate aujourd’hui que ça revient.

Etes-vous étonné ?

Ça nous étonne parce que nous, clairement, on avait dit qu’on ne voulait pas rentrer dans une reforme financière mais qu’on était plutôt sur une réforme systémique. On sait très bien qu’aujourd’hui les retraites pénalisent certains travailleurs et on voulait apporter plus d’équité, plus de justice sociale, plus de lisibilité dans cette nouvelle réforme. Et force est de constater que de remettre un point financier dans cette réforme ne nous convient pas.
 

Appelez-vous à la grève ?

Nous avons un bureau national qui va se tenir cet après-midi, mais moi en ce qui me concerne je vais exprimer mon mécontentement. J’ai fait des débats auprès des militants de la Nouvelle-Aquitaine. On avait vraiment eu des échanges très forts et une inquiétude sur une reforme paramétrique ou financière et on ne voulait pas aller là-dessus. Donc moi je respecte aussi le positionnement des adhérents et des militants de la Nouvelle Aquitaine. Et je dirai qu’il faut qu’on affirme une fermeté vis-à-vis de cette mesure quitte à entrer dans la grève. J’exprimerai aussi une action dure pour montrer aussi que la CFDT ne souhaite pas que ce point sur l’âge pivot soit maintenu.
 

« Montrer que nous avons du poids »

Nous sommes la première organisation syndicale en France et nous devons montrer au gouvernement que nous avons du poids au niveau de nos adhérents et que la ligne rouge qui a été décrite par la CFDT doit être respectée. Ça peut être un appel à la grève. Ca sera en tous les cas un appel à montrer notre fermeté. De quelle manière je préfère qu’on en discute en bureau national cet après-midi mais moi j’exprimerai une fermeté très forte pour exprimer ce retrait de l’âge pivot.
 
La CFDT de la Nouvelle-Aquitaine prône "une action dure" contre l'âge pivot de départ à la retraite

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine politique fusion des régions réforme territoriale retraites économie grève social manifestation