Charente-Maritime : le bar-tabac de l'Eguille-sur-Seudre accueille les commerçants obligés de fermer leur magasin

À l'Eguille-sur-Seudre en Charente-Maritime, le gérant du bar-tabac de la commune de 850 habitants, a décidé de jouer la solidarité avec les commerçants obligés de fermer leur boutique en raison du confinement. Il met à leur disposition son espace bar pour leur permettre d'exposer leurs produits. 
Annie Lasnier-Logeais peut continuer à exposer sa marchandise au bar-tabac de l'Eguille-sur-Seudre en Charente-Maritime.
Annie Lasnier-Logeais peut continuer à exposer sa marchandise au bar-tabac de l'Eguille-sur-Seudre en Charente-Maritime. © Cédric Cottaz/ France Télévisions
Le bar-tabac "Le Central" est l'un des rares commerces de l'Eguille-sur-Seudre à pouvoir rester ouvert pendant le confinement. Cependant, son gérant ne peut vendre que la presse et du tabac et l'espace réservé au bar reste inoccupé. Bruno Raine a eu l'idée d'en faire profiter les autres commerçants de la commune contraints de fermer.  Il a remisé les tables et les chaises et leur propose d'exposer une partie de leur marchandise dans cette partie de son local aujourd'hui vide. Les clients peuvent ensuite commander directement auprès des commerçants concernés en leur téléphonant et revenir ensuite chercher leurs achats.

Ça leur permet d'avoir une vitrine, il est hors de question de vendre ici mais au moins que l'on puisse proposer certains articles à titre gratuit puisque moi j'avais un bar qui aujourd'hui est fermé, autant exploiter cet emplacement.

Bruno Raine, buraliste à l'Eguille-sur-Seudre


"Montrer qu'on existe encore"

Il a lancé récemment une invitation sur sa page Facebook puis affiché une annonce sur sa porte et depuis cette fin de semaine, il accueille déjà deux commerçantes.
Pour elles, cette initiative de solidarité va leur permettre de continuer à vendre un peu de leurs stocks mais surtout de montrer qu'elles résistent aux difficultés et que leur commerce existe encore.

Ça permet de montrer qu'on existe. On ne peut pas nous interdire de travailler comme ça donc si on ne peut pas exister dans un coin, on va dans un autre.

Annie Lasnier-Logeais, commerçante en vêtements


Une volonté partagée par Corinne Malagnoux qui est propriétaire d'un espace détente dans la commune.

Pour l'instant, on existe encore et on est venu le dire haut et fort. Montrer qu'on est là et que l'on ne nous oublie pas.


Elle espère que la formule va séduire les habitants de l'Eguille venus acheter du tabac ou leur journal et qui auraient envie de faire plaisir à l'un ou l'une de leurs proches.

Les gens vont passer ici et penser qu'ils peuvent téléphoner et venir retirer le cadeau qu'ils veulent faire.

Corinne Malagnoux, propriétaire d'un espace détente à l'Eguille-sur-Seudre


L'esprit solidaire entre commerçants s'est mis en marche dans cette petite commune du pays royannais grâce à l'initiative du buraliste qui compte bien le faire prospérer. Il affirme être en mesure de pouvoir accueillir d'autres commerçants prêts à exposer leurs marchandises chez lui.

Le reportage à l'Eguille-sur-Seudre de Frédéric Cartaud et Cédric Cottaz :
Charente-Maritime : le bar-tabac de l'Eguille-sur-Seudre accueille les autres commerçants
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société