Charente-Maritime : les bénévoles de la Protection Civile ont besoin de vous

Pour la première fois de sa longue histoire, la Protection Civile lance un appel aux dons auprès de la population. L'association accuse une perte de dix millions d'euros suite à l'annulation de tous les événements sportifs et culturels qui lui permettait jusqu'alors de se financer.
Les bénévoles de la Protection de Charente-Maritime  en appellent à votre générosité
Les bénévoles de la Protection de Charente-Maritime en appellent à votre générosité © F. Loiseau - France Télévisions
Dans leur uniformes orange et bleu, nous sommes tous habitués à leur rassurante présence quand nous assistons à un festival ou quand nous participons à un rassemblement sportif. En cas de malaise ou d'accident, nous savons que nous pouvons compter sur eux. Mais voilà, alors qu'ils ont été fortement sollicités par la crise sanitaire, l'annulation de la plupart de ces événements porte un lourd préjudice à l'activité des 32.000 bénévoles de la Protection Civile en France.

En Charente-Maritime, comme partout en France, c'est en facturant leur formation aux premiers secours et la gestion de dispositifs prévisionnels de secours lors de grands rassemblements populaires que la structure réussit à s'autofinancer. Dans le département, l'association enregistre un manque à gagner de 100.000 euros cette année et perd la moitié de son chiffre d'affaire. Au niveau national, ce sont donc dix millions d'euros qui manquent dans les caisses. Alors les responsables rochelais ont dû prendre des mesures draconiennes pour passer le cap d'un très périlleux exercice 2020.

On a été dans l'obligation de vendre deux ambulances et six véhicules logistiques. On a aussi fermé l'antenne que nous avions à Saint-Jean-d'Angély et on est en réflexion pour la fermeture d'une deuxième antenne à Aigrefeuille-d'Aunis.

Jonathan Doumergue, Vice-président de la protection civile 17

Eolia Joslain est, depuis septembre 2015, une des 120 bénévoles de la Protection Civile en Charente-Maritime. Normalement, elle devrait être en train de préparer le Grand Pavois, un événement majeur pour l'association et qui, généralement, cloture la saison après tous les festivals et animations de l'été. Une année blanche donc pour elle et ses collègues, même si, paradoxalement, le coronavirus a eu des effets secondaires inattendus pour l'association, notamment en terme de recrutement.
 
Eolia et Chloé, bénévoles de la Protection Civile à La Rochelle
Eolia et Chloé, bénévoles de la Protection Civile à La Rochelle © J. Bouchon - France Télévisions

Chose assez étonnante, la COVID-19 nous a plutôt aidé sur ce point, en tout cas pour l'antenne de La Rochelle. On a reçu une énorme demande de formations et de gens qui voulaient venir en aide. Personnellement, j'ai reçu dix jeunes stagiaires qui veulent s'engager et qui sont venus nous voir pendant la crise.

Eolia Joslain, Bénévole, responsable de l'antenne de La Rochelle

N'en reste pas moins que pour assurer ses missions d'urgence ou à destination des plus fragiles et des plus précaires ou pour développer de nouvelles actions sociales et solidaires, la Protection civile n'a d'autre choix que de lancer un appel aux dons. Par SMS au 92392  ou sur la plateforme soutenir.protection-civile.org, vous pouvez les aider à vous aider.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société humanitaire international monde vie associative