Charente-Maritime, covid et confinement font la fortune des vendeurs de piscines

Les beaux jours arrivent à grand pas et avec eux l'irrépressible envie de se baigner. Et en cette année de pandémie la tendance est encore plus marquée. Les installateurs de piscines le confirment, ils ont rarement autant travaillé. Exemple différents prestataires du côté de Royan.  

Attention aux délais qui s'allongent avant de pouvoir plonger dans votre piscine privée (photo d'illustration)
Attention aux délais qui s'allongent avant de pouvoir plonger dans votre piscine privée (photo d'illustration) © Cédric Cottaz - France Télévisions

C'est devenu un rêve encore plus en vogue qu'avant... De quoi nager, se rafraîchir sans même sortir de chez soi ! Magali Clouzy, propriétaire d'une maison à Royan, a souhaité s'offrir un petit coin de paradis de 7 mètres sur 3,50 mètres.

C’est du bien-être au niveau de la maison, en visu et puis c’est vrai qu’avec la pandémie, ça a accentué un petit peu notre désir d’avoir une piscine plus rapidement puisqu’on ne sait pas malheureusement si on pourra partir cet été.

Magali Clouzy Propriétaire 

Et en attendant de pouvoir en profiter les ouvriers s'activent. Car des chantiers comme celui, cette entreprise spécialisée en compte beaucoup cette année.

C’est vrai qu’on est débordés ! Pour l’instant, on a énormément de liner à poser alors que les autres années c’était pas comme ça.

Alix Brihat, technicien de piscine

A quelques kilomètres de là, le téléphone confirme. Il n'arrête pas de sonner. Et le programme de chaque jour est pour le moins serré.

Sur-activité inédite

Même si le printemps reste la période privilégiée pour les aménagements de piscine, la gérante de cette entreprise estime que cette année est exceptionnelle.  

En dix ans, j’ai jamais eu une année comme celle-ci ! Là, j’ai une vingtaine de piscines à sortir pour début juillet.

Mélanie Roy Responsable RB Cédric Piscine 

Rupture de stock mondial

Ce vendeur spécialisé dans les équipements de piscine connait lui aussi une forte hausse de ses ventes, plus 20 pour cent en un an. Et la tendance s'accélère depuis le printemps.

D’ailleurs on a des ruptures fournisseur, il y a une telle demande et notamment mondiale qu’on commence avoir des ruptures et c’est difficile à expliquer aux clients et à annoncer parce que le consommateur n’est pas encore prêt à l’entendre.

Cédric Sonnet, gérant Irrijardin

Et pour tous ceux qui ne pourront pas profiter de ces bassins privés, bonne nouvelle la Charente-Maritime offre le sien toute l'année et au format XXL.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie covid-19 santé société