Charente-Maritime. Les géniales vidéos confinées du directeur du conservatoire de Saintes

Pendant le confinement, Jean-Nicolas Richard, directeur du conservatoire de musique et de danse de Saintes, publie chaque jour une vidéo dans laquelle il revisite à sa façon des morceaux de musique avec son violoncelle. Particularité : il est un quatuor à lui tout seul.

Ne vous fiez pas à l'air sérieux de Jean-Nicolas Richard.
Ne vous fiez pas à l'air sérieux de Jean-Nicolas Richard. © Jean-Nicolas Richard
Proposer une version pour quatre violoncelles du cultissime "Nothing else matters" de Metallica, il faut oser. En composer soi-même les arrangements, il faut avoir de solides connaissances musicales. Mais jouer seul toutes les partitions du quatuor, c'est carrément bluffant.Cette vidéo n'est que l'une des nombreuses productions que Jean-Nicolas Richard poste presque chaque jour sur internet. Directeur du conservatoire de musique et de danse de Saintes dans le civil et violoncelliste dans deux formations - le quatuor Kadenza et le duo Nitescence - il explique : "à cause du confinement, les concerts ont été mis en pause et je ne voulais pas perdre le contact avec mon instrument."

Pour garder la main et aussi "mettre un peu de bonne humeur et de détente dans cette période compliquée", Jean-Nicolas Richard aurait pu se contenter de faire des gammes dans son salon mais il a eu une autre idée, celle de partager sa musique."Au début, je jouais du Bach sur ma terrasse pour mes voisins et j'en faisais une petite version pour mes amis Facebook" raconte-t-il.

Alors que partout dans l'Hexagone, les artistes privés de scène se mettent au live de confinement, il baptise son concept "Un p'tit Bach et un p'tit blanc". 

Dire Straits et "La reine des neiges"

Trois suites (de Bach) plus tard, l'apéro musical de quartier a pris "une dimension surprenante". Le violoncelliste a changé de partition. Oubliée la musique de chambre, ce papa de deux jeunes enfants de 10 et 12 ans s'attaque désormais à des tubes du répertoire contemporain dont il réecrit les arrangements. Outre Metallica et Yann Tiersen, il a aussi proposé ses versions -parfois costumées- de Game of Thrones ou de la Reine des Neiges.  Son interprétation du "Petit bonhomme en mousse" de Patrick Sébastien ? C'était pour la blague :"un copain m'avait mis au défi" plaisante-t-il tout en confiant travailler déjà sur ses prochaines interprétations de "Money for Nothing" de Dire Straits et "Lucie" de Pascal Obispo 

Version pour trois, quatre ou cinq violoncelles, Jean Nicolas Richard est toujours seul derrière l'archet avec un téléphone et une application pour smartphone. "Je réecris, j'enregistre chaque pièce séparément et quand le résultat me plait, je colle tout." Il peut y consacrer jusqu'à cinq ou six heures après sa journée de papa et de télétravail. 

Et ses vidéos "schizo" connaissent un certain succès."On me demande déjà si je vais continuer quand le confinement sera levé. En tout cas, il faudra que je ralentisse la cadence parce que c'est amusant à faire mais ça prend beaucoup de temps."

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société musique culture