Charente-Maritime : l'asphyxie certainement à l'origine de la mort des poissons à St-Froult

Plusieurs milliers de poissons morts ont été retrouvés vendredi sur une plage de la réserve de Moëze-Oléron en Charente-Maritime. Des analyses vont être pratiquées mais déjà la cause de l'asphyxie semble privilégiée pour expliquer cette hécatombe.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
"L'asphyxie pourrait avoir été causée par les fortes chaleurs de jeudi et vendredi" explique Vincent Lelong, garde technicien à la réserve naturelle de Moëze-Oléron.

"Les poissons se sont retrouvés coincés dans des flaques à marée basse et l'oxygène dans l'eau a disparu provoquant l'asphyxie" ajoute-t-il.

C'est la première fois depuis 30 ans que la réserve existe qu'un tel phénomène est constaté.
Des analyses vont être pratiquées sur des poissons prélevés sur la plage. Si la cause de l'asphyxie n'est pas confirmée, des recherches en toxicologie pourraient être menées.


Une partie de la plage peut-être nettoyée

En ce qui concerne le nettoyage des plages, les gestionnaires de la réserve ont décidé de laisser faire la nature pour la partie du littoral gérée par la réserve car il s'agit d'une plage qui n'est pas autorisée. En revanche, en ce qui concerne la plage de St-Froult ouverte au public, Vincent Lelong indique "qu'il est envisagé de faire appel à la mairie de St-Froult pour la nettoyer assez rapidement."

Plus d'informations dans le reportage de Nathalie Combès, Cédric Cottaz et Alexandre Liégard. Ils ont parcouru la plage en compagnie de Pierre Rousseau, garde technicien des zones humides à la réserve naturelle de Moëze-Oléron.
Reportage de Nathalie Combès, Cédric Cottaz et Alexandre Liégard