Charente-Maritime : lancement d'une campagne de démoustication

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hugo Lemonier .

La campagne de démoustication est lancée en Charente-Maritime. Le département est surveillé de très près par les autorités depuis l'apparition du moustique tigre.

L'entente interdépartementale de démoustication (EID) lance aujourd'hui une grande campagne en Charente-Maritime. Cette année, l'opération prend un sens particulier : le moustique tigre prolifère dans le département. Le littoral atlantique est placé en vigilance "orange" .



L'EID sonde les endroits susceptibles de servir de "gîtes larvaires". Une fois le nid à moustiques repéré, il est pulvérisé avec des produits anti-larvaires d'origine biologique à base du bacille de Thuringe (BT).



Une application pour participer à la veille citoyenne

Ces campagnes de démoustication ne représentent qu'une partie du travail des équipes de l'EID, explique son directeur scientifique et technique, Sébastien Chouin : "nous faisons de la prévention auprès des habitants des marais, des agriculteurs et des ostréiculteurs pour limiter l'apparition de nids à moustiques".



Pour faciliter le signalement des espèces invasives comme le moustique tigre, les chercheurs de l'EID ont mis en place une application pour smartphone, disponible gratuitement sur Androïd et iOS.



"Le signalement par des particuliers s'est révélé être une méthode particulièrement payante l'an passé. Entre 2500 et 3000 signalements nous sont parvenus", raconte Sébastien Chouin. C'est en partie grâce à la vigilance de ces habitants que le moustique tigre a été débusqué dans les communes du Sud-Ouest.



Le moustique tigre particulièrement surveillé

Le moustique tigre, apparu en France en 2004 dans les Alpes-Maritimes, vit près de l'homme et se développe dans de petites quantités d'eau. Cette espèce invasive dite "aedes albopictus", caractérisée par des rayures blanches, est capable de transmettre les virus de la dengue et du chikungunya.



Elle est considérée comme "implantée et active" dans 18 départements du sud de la France, selon le site spécialisé Vigilance-moustiques.com.



Lancée en 2013 pour informer sur la présence des moustiques en France, cette plate-forme est nourrie par les organismes officiels et par des réseaux de médecins et de pharmaciens.



Dans les 18 départements placés en vigilance "rouge", des mesures sont déjà mises en oeuvre par les autorités comme la sensibilisation des professionnels et le démarrage de désinsectisation localisée.



En revanche, dans les 11 départements en "vigilance orange", ce type de mesures n'est pas encore en vigueur en dépit de chances importantes d'y croiser le moustique tigre, dont la piqûre est douloureuse.



 

Les communes les plus surveillées du Poitou-Charentes
Vigilance orange en Charente Maritime (moustique tigre repéré en 2013) : communes de Bedenac, Boisredon, Cabariot, Chermignac, Crazannes, Doeuil-sur-le-Mignon, Fenioux, Jonzac, La Benate, La Rochelle, Port d’Envaux, Rochefort, Royan, Saint Ciers, Saint Léger, Saint Palais-de-Phiolin, Saintes et Saint Jean d’Angely.



Vigilance orange dans les Deux-Sèvres (moustique tigre repéré en 2014) : communes de Faye-sur-Ardin, Gournay-Loize, Granzay-Gript, Limalonges, Niort, Pamproux, Saint Neomaye, Sainte Eanne et Vouillé.



Veille entomologique dans la Vienne (moustique tigre repéré en 1999) : communes de Coulombiers, Jaunay-Clan, Poitiers, Naintré, Payre, Vivonne et Vouneuil-sous-Biard.



Veille entomologique en Charente : communes d’Anais, Angoulême, Barro, Champniers, Cognac, Maine-sur-Boixe, Oriolles, Roullet-Saint-Estèphe, Ruffec et Saint Projet.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité