Covid 19 : le port du masque devient obligatoire dans les dix communes de l'île de Ré

A compter de ce vendredi 14 août, le port du masque est obligatoire dans les espaces publics de l'île de Ré, qui emboîte ainsi le pas à de nombreuses autres villes françaises.

L'île de Ré rend le port du masque obligatoire dans les espaces publics à compter du vendredi 14 août
L'île de Ré rend le port du masque obligatoire dans les espaces publics à compter du vendredi 14 août © Laurence Couvrand / France Télévisions
L'île de Ré rend le port du masque obligatoire pour les piétons dans les espaces publics de ses dix communes (20 % du territoire rétais), à compter de ce vendredi 14 août, emboîtant ainsi le pas à d'autres villes françaises. "On commence à se caler sur l'ambiance nationale", explique Lionel Quillet, président de la communauté de commune de l'île de Ré. En effet, le premier ministre Jean Castex avait durci le ton mardi face à une "situation épidémiologique (qui) évolue dans le mauvais sens" et prônait l'extension du port du masque à l'extérieur. La Rochelle l'avait rendu obligatoire dès le 22 juillet sur le Vieux-Port et dans l'hyper-centre. 
 


"On voudrait que ça continue à bien se passer"

Cette obligation est aussi un moyen d'inciter les habitants à ne pas relâcher leur vigilance. "Le territoire a été très résiliant pour l'instant [face à l'épidémie, ndlr] et on voudrait que ça continue à bien se passer", dit Lionel Quillet qui craint un certain "laisser-aller" aux alentours du 15 août. Cette décision permet également d'uniformiser les règles au sein de l'île "Plusieurs maires avaient pris des arrêtés chacun dans leur coin, les gens ne comprenaient plus rien. Là, c'est clair", explique le président de la communauté de commune. 

Les piétons ne portant pas le masque risquent une amende de 135 euros. Dans un premier temps, ils ne seront pas verbalisés. "Au départ, ce sera de la prévention", assure Lionel Quillet. Et après, la gendarmerie fera ce qu'il faut". La règle ne s'applique toutefois pas à aux personnes atteintes d'un handicap munies d'un certificat médicale justifiant de cette dérogation. Les cyclistes ne sont, eux non plus, pas obligés de porter le masque. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société