Sur l'île de Ré, la canicule fait le bonheur des sauniers

Tout aussi précoce que l'épisode de chaleur, la récolte de sel a débuté sur l'île de Ré. Et contrairement à de nombreux professionnels, les sauniers se réjouissent de cette météo qui leur promet un cru abondant.

On est clairement sur un début de saison carabiné, c'est plutôt chouette !

Louis Merlin, président de l'association des sauniers de l'île de Ré

Alors que le soleil cogne sur les carreaux d'argile, chapeaux sur la tête les sauniers récoltent.

"Il y en a qui ont commencé à produire début mai, alors que souvent c'est plutôt autour de mi-juin qu'on commence à produire. Donc là on est clairement sur un début de saison assez carabiné, c'est plutôt chouette !" se réjouit le président de l'association des sauniers de l'île de Ré Louis Merlin.

Des conditions idéales

Des températures au-dessus de 30°C, un petit vent asséchant, les conditions sont idéales pour que le soir venu Gaétan tire la fleur de sel.

"Il faut écumer la surface de l'eau, parce que c'est là que la fleur de sel se forme en fin d'après-midi. Avec le vent, la chaleur, le soleil, ça fait une plaque sur toute la surface" décrit Gaëtan Abisset, saunier à Ars en Ré.

L'or blanc, le caviar du sel

Cette fleur de sel qui s'épanouit sous la canicule, c'est l'or blanc des sauniers. Vendue autour de 20€ le kg, alors que le gros sel se vend lui entre 1,50 et 2€ le kg.

"On dit que c'est un peu le caviar du sel. C'est un produit très fin. Ca n'a pas du tout la même utilisation que le gros sel, c'est quelque chose qu'on utilise en fin de cuisson sur une viande, qu'on saupoudre sur un plat." explique Gaëtan Abisset.

De mémoire de saunier rhéthais, on a jamais vu une récolte si précoce et abondante. Déjà en 2020, la canicule leur avait procuré une bien belle brassée de fleurs.