Alstom : colère des syndicats à l'annonce du gel des salaires dans le cadre du plan d'économie lié à la crise sanitaire

Alors que plus de la moitié des salariés d'Alstom La Rochelle s'apprête à reprendre le travail sur le site de production dès la semaine prochaine, Force Ouvrière dénonce le gel des salaires qui vient d'être annoncé dans la cadre d'un plan d'économie.
Les augmentations négociées avant le confinement ne seront pas accordées aux employés d'Alstom
Les augmentations négociées avant le confinement ne seront pas accordées aux employés d'Alstom © Maxppp
L'annonce du gel des salaires au sein du goupe Alstom a fait l'effet d'une douche froide au sein du syndicat Force Ouvrière du site d'Aytré près de La Rochelle. C'est lors d'un Comité Social et Economique qui s'est déroulé ce mercredi à Paris, qu'un important plan d'économie a été annoncé par la direction pour faire face à la situation liée au Covid-19.

"Il a été annoncé, pour la France, la volonté de ne pas appliquer les augmentations de salaire annoncées en février et donc de geler les salaires, primes et indemnités en 2020" explique Force Ouvrière qui rappelle qu'une augmentation de 38 euros par salarié avait été accordée en début d'année accompagnée de mesures individuelles.

On est vraiment dégoûté car ce sont les salariés qui vont payer les pots cassés. La négociation annuelle s'est soldée par une augmentation de zéro euro non négociable, les actionnaires eux recevront sans doute les dividendes
- Fabrice Cotrel, délégué Force Ouvrière du site Alstom à Aytré en Charente-Maritime.

La nouvelle est tombée alors que les salariés reprennent peu à peu le chemin de l'entreprise. Près de 400 personnes sont retournées sur le site cette semaine. Plus de la moitié du personnel sera en poste dans l'usine la semaine prochaine, entre 600 et 700 personnes selon le délégué syndical.

Force Ouvrière attend désormais la réaction des salariés de l'ensemble des 12 sites de la branche ferroviaire en France, pour décider d'une éventuelle action.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports économie