• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Charente-Maritime : une mission parlementaire sur l'adoption confiée à la sénatrice LR Corinne Imbert

Corinne Imbert / © Caroline Hubert (France Télévisions)
Corinne Imbert / © Caroline Hubert (France Télévisions)

Le secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'Enfance, Adrien Taquet, a annoncé ce jeudi sur France Inter, le lancement d'une mission sur l'adoption, confiée à Corinne Imbert, sénatrice LR de Charente-Maritime. Elle rendra ses conclusions fin juin, "pour des annonces début juillet".

Par FD avec afp


Cette mission sur l'adoption est confiée à la députée LREM de l'Isère Monique Limon et à la sénatrice LR de Charente-Maritime Corinne Imbert.

La politique de l'enfance est décentralisée et confiée aux départements depuis 1983, "mais ce n'est pas pour autant que l'Etat doit s'en désintéresser", a-t-il souligné.

Un rapport de l'Inspection des affaires sociales rendu public le 29 mars avait pointé "quelques pratiques discriminatoires à l'égard des couples homoparentaux mais aussi monoparentaux" en Seine-Maritime et "une absence de pilotage de la part de l'Etat", a reconnu Adrien Taquet.

Ces familles homoparentales et monoparentales se voyaient proposer uniquement des enfants "à besoin spécifique" comme les enfants porteurs de handicap.
 

Ce n'est pas admissible. J'ai pris des mesures immédiates. J'ai saisi le Conseil consultatif national d'éthique et le Conseil national de la protection de l'enfance, on est en train de rédiger une charte de déontologie qu'on va faire signer aux conseils de famille qui apparentent, c'est le terme, les enfants", a dit Adrien Taquet.


"La mission portera aussi là-dessus", a-t-il précisé.

Plus globalement, elle devra faire des propositions pour faciliter l'adoption. Quelque 750 enfants sont adoptés tous les ans en France sur 2.600 qui peuvent l'être.
 

750 adoptions par an en France

 

La loi de 2016, qui devait faciliter les adoptions, n'est peut-être pas appliquée. Il y a les enfants à besoin spécifique, soit en situation de handicap, soit âgés. Au-delà de 6 ans, il est difficile de faire adopter un enfant", a-t-il expliqué, relevant que "les parents ont envie de bébés de 0 à 3 ans en bonne santé.


Selon M. Taquet, "14.000 familles ont un agrément pour adopter et attendent 3 à 4 ans pour former une famille".

"Une autre difficulté est liée à notre organisation, ce sont des politiques qui dépendent du département", et il arrive qu'une famille ne puisse pas adopter dans le département voisin, a fait valoir le secrétaire d'Etat. "C'est le genre de barrière qu'il faut lever".
"L'atterrissage" de la concertation (lancée il y a trois semaines) et de la mission est prévu pour "fin juin, pour des annonces début juillet", a précisé M. Taquet.
 

Sur le même sujet

Manifestation anti Monsanto Bayer

Les + Lus