Coronavirus : les 320 campings de Charente-Maritime dans l'attente

La Charente-Maritime est le deuxième département de France derrière la Vendée en nombre d'établissements. Des campings vides encore aujourd'hui. Et sans date d'autorisation pour rouvrir. Les pertes sont déjà estimées à près de 20%.

Les allées des campings sont, pour l'instant encore, désespérément vides
Les allées des campings sont, pour l'instant encore, désespérément vides © Marc Millet (FTV)
Les campings ouvrent leurs portes en général en avril et l'avant saison n'est pas négligeable.

On avait pas mal d’évènements sportifs où on loge des personnes, comme ce tournoi national de fléchettes qui nous ramène pas mal de monde, on avait aussi les vacances de Pâques, donc ça fait beaucoup de personnes en moins sur le camping...
- Thomas Liziot, directeur camping des Sables à Aytré

Protocoles anti-virus à définir

Les professionnels planchent avec le ministère sur des modalités d'une reprise éventuelle. Un protocole sur les mesures de protection est en cours d'élaboration. Point particulièrement délicat : l'utilisation des équipements sanitaires communs.

Derrière chaque personne, il faudra sûrement désinfecter... derrière les portes, dans les douches, les lavabos... Donc il faudra une surveillance constante et du personnel en plus.
- Thomas Liziot, direcreur camping des Sables Aytré

Besoin d'un horizon

En attendant une arrivée hypothétique d'occupants, les rares employés présents préparent le terrain, nettoient les mobil-homes. Pour les gérants, c'est le flou qui règne le plus pénalisant. Avec cette question : quand les touristes seront-ils autorisés à revenir?

Ce qu'il nous faudrait, c'est une date, la date permettrait de se fixer. On ne peut pas recruter de personnel sans savoir quand il va commencer. Et aussi pour les clients ! Une date d’ouverture, ça va pouvoir relancer les réservations parce qu’aujourd’hui les gens veulent partir en vacances mais ils ne savent pas quand...
- Jean Baptiste Dagréou, Président fédération hôtellerie de plein-air de Charente-Maritime

L'heure de l'apéro et de la partie de pétanque n'est pas encore fixée, peut-être début juin si tout va bien. Quand au plan de soutien annoncé par le gouvernement pour soutenir la filière, les professionnels veulent y croire. Ils n'ont pas le choix mais ils préfèreraient des clients dans les mobil-homes et sous les toiles de tente.

Reportage d'Éric Vallet, Marc Millet et Maud Coudrin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société tourisme économie littoral aménagement du territoire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter