Francofolies de La Rochelle. "II faut vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie" : Jean-Louis Foulquier, mort il y a dix ans, à découvrir à travers un documentaire et un livre

durée de la vidéo : 00h00mn56s
Oubliez les lignes droites, les parcours tout tracés, les destins bien rangés…Voici l’histoire d’un cabossé qui a pris des chemins de traverse toute sa vie, pour suivre ses rêves et ses passions… Un oiseau de nuit, pas un drôle de coco, un aigle, un vrai ! ©coproduction Morgane Production Les Francofolies de la Rochelle Avec la participation de France Télévisions et de TV5MONDE

Il y a dix ans disparaissait Jean-Louis Foulquier, le fondateur emblématique de l'un des plus grands festivals de musique en France. Alors que 2024 marquera la 40e édition des Francofolies de La Rochelle, les hommages se multiplient.

D'abord, un documentaire. "Jean-Louis Foulquier, plus belle la nuit", réalisé par Gérard Pont et Vincent Dupouy, nous offre un regard intime sur la vie d'un homme passionné et intrépide, qui a suivi son propre chemin malgré les embûches. À travers les témoignages des proches et personnalités qui l'ont côtoyé, plongez dans l'univers du créateur du Festival des Francofolies de La Rochelle.

► À découvrir sur la plateforme France.tv

Patrick Bruel, Laurent Voulzy, Robert Cherlebois, Bernard Lavilliers... le documentaire est un véritable hommage à Jean-Louis Foulquier, mettant en lumière les personnes qui ont croisé sa route et qui ont contribué à façonner son parcours. Amis de longue date, artistes talentueux et figures emblématiques du monde de la musique se succèdent pour partager leurs souvenirs et témoigner de l'impact qu'a eu Jean-Louis Foulquier sur leur vie et leur carrière. Parmi les intervenants, nous retrouvons Didier Varrod, qui a accompagné Jean-Louis Foulquier dans la création des Francofolies de La Rochelle.

Un passé trouble et une quête de liberté

Le documentaire révèle également le passé trouble de Jean-Louis Foulquier, marqué par des épreuves dès sa jeunesse. Orphelin de mère, il a connu la dérive et s'est retrouvé confronté à la justice, passant même par la case prison à l'âge de seulement 17 ans. C'est derrière les barreaux qu'il a pris conscience de la valeur de la liberté et qu'il a nourri ses rêves de devenir chanteur.

Le tournant à Pigalle et les débuts à la radio

Le tournant décisif dans la vie de Jean-Louis Foulquier s'est produit lorsqu'il a décidé de tenter sa chance à Paris, plus précisément à Pigalle, haut lieu de la bohème artistique et de la vie nocturne. Là-bas, il a côtoyé les figures emblématiques de l'époque, s'imprégnant de l'effervescence créative qui régnait dans ce quartier mythique.

C'est ensuite à la radio que Jean-Louis Foulquier a trouvé sa véritable vocation. En prenant un poste de standardiste au sein de Radio France, il s'est rapidement retrouvé derrière le micro, animant "Studio de Nuit". Cette émission nocturne est devenue un véritable phénomène, attirant les artistes les plus talentueux de l'époque, tels que Lavilliers ou Renaud, qui venaient partager leur musique et leurs histoires.

La création des Francofolies de La Rochelle

Le documentaire Jean-Louis Foulquier, plus belle la nuit nous offre une plongée fascinante dans la vie et la carrière de cet homme audacieux et passionné. De La Rochelle à Pigalle, en passant par les couloirs de la Maison Ronde, le film retrace son parcours jalonné de rencontres marquantes et de choix audacieux. À travers les témoignages poignants de ceux qui l'ont connu et aimé, c'est l'histoire d'un homme qui a suivi ses rêves et a laissé une empreinte indélébile sur la scène musicale française.

"Nos années Foulquier" un livre de partage

Maryz Bessaguet a été une proche collaboratrice de Jean-Louis Foulquier, une amie. Elle s'apprête à éditer un livre hommage. Nos années Foulqier reviendra sur le parcours de l'homme et de l'artiste à travers de nombreux témoignages. 

France 3 Nouvelle-Aquitaine : Qui était Jean-Louis Foulquier ? 

Maryz Bessaguet : Je vous parle d'un homme qui a marqué toute une époque puisque c'est un homme qui, d'une part, a été pendant de nombreuses années sur France Inter pour des émissions hors norme et hors du commun pour la radio et le créateur des Francofolies que tout le monde a priori connaît aujourd'hui puisqu'elles sont pérennes. C'est une voix, c'est une gueule pour ceux qui ont pu le voir au cinéma, parce qu'il était aussi acteur, une personnalité un peu un marin bien buriné, à la carrure de rugbyman.

Voilà pour le professionnel, mais l'homme, comment était-il ?

C'était quelqu'un de bienveillant. J'ai travaillé de nombreuses années avec lui sur les Francofolies. Je peux vous dire qu'il vous laissait carte blanche pour toutes les initiatives et les envies que vous pouviez avoir pour développer toute sa passion qui était la chanson française et francophone. C'était un homme de liberté, un précurseur qui avait une idée à la minute et qui vous donnait envie de tout de suite trouver toutes les solutions pour tout mettre en œuvre dans toutes ses envies et toutes ses actions.

Pourquoi tant d'artistes lui ont fait confiance ?

Il a été très peu à l'école, c'était un peu, entre guillemets, le "bad boy de La Rochelle". Il faisait beaucoup parler de lui. Il était, comment dire, assez turbulent, pas du tout un mauvais garçon, mais turbulent. Et puis avec l'envie de sortir du cadre tout le temps. Les artistes ont tout de suite senti cette liberté, cette sensibilité qu'il avait et qui répondait justement à toutes les folies que les artistes peuvent avoir.

Les Francofolies, l'aventure d'une vie ? 

La création des Francofolies, en 1985, résonnait avec un autre festival qui avait démarré quelques années avant, qui est le Printemps de Bourges. Mais Jean-Louis, lui, c'était la scène. Il avait envie de mettre tous ces artistes qu'il découvrait, ses potes qu'il découvrait à travers ses émissions de radio. Il avait envie de les retrouver sur scène et de les proposer au plus grand nombre, donc au public, et de faire cette espèce de communion, puisqu'un festival, finalement, participer à un concert, c'est être en communion totale avec l'artiste qui est sur scène. C'est une grande générosité de part et d'autre en fait. Et il aimait ça, il avait cette générosité : faire partager ses coups de cœur, c'est tout ce qu'il aimait, que ce soit à la radio ou sur une scène.
 

Jean-Louis Foulquier savait s'entourer ?

On était au service de sa folie et de son esprit de fête et on faisait ça avec une grande fidélité et un vrai plaisir. Je n'ai jamais eu l'impression de travailler avec lui, ce qui est quand même assez étonnant et extraordinaire. Il avait toujours une phrase qui disait "il faut vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie". Quoi de plus génial quand vous êtes derrière la scène, que vous avez travaillé des mois et des mois pour un festival, quoi de plus fantastique que de voir le plaisir que ça donne au public !

Pourquoi un livre ?  

Pour l'ouverture de ce livre, j'ai écrit une lettre que je lui adresse et je lui dis pourquoi, aujourd'hui, dix ans plus tard et bientôt la 40ᵉ édition des Francofolies, j'avais envie d'essayer de transmettre, de faire connaître. De faire découvrir à des jeunes artistes et de raviver la mémoire des plus anciens, de ce qu'il a été et de ce qu'il a apporté à tout le monde, à tous ces gens qui l'ont apprécié et aimé et qui l'aiment encore. Cet ouvrage, ce n'est pas une biographie. C'est vraiment à travers les artistes ou les personnalités du cinéma, de la politique, etc. que j'ai rencontrés, qui parlent de l'homme, du professionnel. Ce qui revient très souvent, c'est cet attachement, cette amitié indéfectible.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité