Grand Pavois de La Rochelle : la filière nautique à la recherche de solutions vertes

Au Grand Pavois de La Rochelle, certains constructeurs et navigateurs affichent leur volonté de proposer une plaisance plus écologique. Mais réduire l'empreinte carbone de la filière est un vaste chantier. 

L'Oceans Lab de Phil Sharp, présent au Grand Pavois de La Rochelle, est équipé d'un moteur à hydrogène.
L'Oceans Lab de Phil Sharp, présent au Grand Pavois de La Rochelle, est équipé d'un moteur à hydrogène. © FTV
Diminuer l'empreinte carbone : c'est le défi auquel sera confrontée la filière nautique au cours des prochaines années. L'immense majorité des bateaux étant en matériaux composites et propulsés le plus souvent avec des moteurs thermiques, le chantier s'annonce vaste tant pour les navigateurs que pour les constructeurs et les chantiers.

Moteur à hydrogène

Certains ont entamé leur révolution verte et ils l'affichent avec fierté au Grand Pavois de La Rochelle. À l'image du skipper britannique Phil Sharp, présent sur les pontons du port des Minimes, pour vanter les mérites de son Class40 Oceans Lab.

Son bateau, qu'il espère retrouver sur le marché d'ici 5 ans, est équipé des dernières technologiques d’énergies propres et notamment d'un moteur à hydrogène. 

L'hydrogène est un gaz très intéressant car il contient de l'énergie renouvelable, c'est comme un fuel vert
- Phil Sharp, ingénieur et skipper de l'Oceans Lab

Coque alu 

Pour d'autres, une plaisance plus verte signifie zéro plastique. C'est le cas par exemple du chantier Alubat qui commercialise une unité baptisée Ovni 400.
L'OVNI 400 du chantier Alubat tend vers le tout recyclable.
L'OVNI 400 du chantier Alubat tend vers le tout recyclable. © FTV
Intérieur bois, coque et pont en aluminium, ce voilier de 13 mètres tend vers le 100% recyclable. Bon pour la sécurité des navigants, longévité, le PDG de l'entreprise n'y voit que des avantages. 

On a des bateaux qui flottent depuis 1973; le cycle de vie d'un bateau en aluminium est beaucoup plus long que ceux construits avec d'autres matériaux
-Michel Berson, PDG Alubat 

"Tout revoir"

Quels que soient les efforts entrepris et les avancées écologiques dans un marché encore bien souvent basé sur le 100% fioul et plastique, cela demeure insuffisant pour le fondateur de l'association Écho-Mer qui œuvre pour la protection des océans.
David Beaulieu est le fondateur de l'association Écho-mer.
David Beaulieu est le fondateur de l'association Écho-mer. © FTV
Pour David Beaulieu, il faut notamment travailler sur la recherche de nouveaux matériaux recyclables ou dégradables.  

Dès la construction du navire, il faut penser à la déconstruction. Il y a tout à revoir jusqu'à la fin de vie du bateau. 
- David Beaulieu, fondateur de l'association Écho-mer 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grand pavois loisirs nautisme sorties et loisirs économie environnement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter