La Rochelle : les commerçants du centre commercial de Beaulieu déposent un recours en justice contre le pass sanitaire

Publié le

A Puilboreau en Charente-Maritime, le centre commercial de Beaulieu vient de déposer un recours devant le tribunal administratif contre l'arrêté préfectoral imposant le contrôle du pass sanitaire à l'entrée du lieu.

Mardi 31 août, le préfet de Charente-Maritime, Nicolas Basselier, a décidé de prolonger de deux semaines  le contrôle du pass à l’entrée du centre commercial. Une décision que l’association des commerçants de Beaulieu a du mal à comprendre aux vues des améliorations de la situation sanitaire. Ils ont déposé jeudi soir un recours devant de tribunal administratif de Poitiers pour demander la suspension de l'arrêté préfectoral. 

Selon les derniers chiffres au 1er septembre, le taux d’incidence dans le département est de 86 cas pour 100.000 habitants. Une nette amélioration pour ce territoire passé sous le seuil de 200 fixé par le gouvernement. Dans les départements au dessus de ce chiffre, le pass peut être imposé dans les centres commerciaux supérieurs à 20.000 m². 

Autres problèmes identifiés par les commerçants de Beaulieu: la limitation de l'accès à l'hypermarché, ainsi qu'à la pharmacie de la galerie marchande. Selon eux en exigeant ce sésame à l'entrée, les personnes sans pass sanitaire sont privées d'un libre accès aux biens de première nécessité.

Fréquentation et chiffre d'affaire en chute libre

Le pass sanitaire imposé depuis le 16 août au centre commercial de Beaulieu aurait déjà fait fondre une partie importante du chiffre d'affaire des enseignes présentes ici. "On a un manque de fréquentation très important", déplore Thierry Laporte, vice-président de l’association des commerçants de la galerie. "Suivant les commerces, on estime la perte du chiffre d'affaires de 35 à 60%".

Or, la rentrée des classes est une période charnière pour les ventes, mais le contrôle du pass sanitaire ferait fuir "de nombreuses familles [...], alors que c'est la clientèle habituelle ces mois-ci" assure Thierry Laporte.

Les 2/3 des commerces sont tenus par des indépendants, et ils ne peuvent plus compter sur les aides de l’Etat. La situation est donc tendue. Le patron de la grande surface Hyper U a déjà annoncé que 30 CDD ne seront pas renouvelés.