Marathon de La Rochelle : revivez minute par minute l'iconique soirée de la pasta party

Publié le
Écrit par Camille Bigot .

Chaque année, le Marathon de La Rochelle organise sa célèbre pasta party. Un repas géant à destination des coureurs et de leurs familles. Au menu : des spaghettis à la bolognaise, et un accueil en fanfare de la part des bénévoles.

15h30, samedi 26 novembre :

Le dressage des tables est lancé. Plus de 1.000 couverts sont à installer pour recevoir des sportifs et leurs proches. En guise de set de table, des feuilles A3 aux couleurs du marathon, serviettes assorties, s’il vous plaît ! Un fruit, pomme ou orange au choix, a été disposé proche de chaque assiette. Tout a été pensé, presque au millimètre près par une équipe de bénévoles fidèles. La plupart aident déjà depuis des années. 

"20 ans pour moi", précise Jean-Philippe Toledaro, l'un des responsables de la pasta party. Depuis vendredi 25 novembre, ils ont déjà organisé plusieurs centaines de repas. Buffet froid, le premier jour, et bœuf bourguignon, le lendemain midi. À destination des élites, des exposants du Village, et des bénévoles. Mais chaque année, le plus gros défi reste la pasta party, ouverte à tous, le soir précédant le Marathon. Et pour cause, les chiffres donnent le tournis. 

Le fonctionnaire, qui a posé des jours de congé spécialement pour le Marathon, détaille : "100 kg de pâtes sèches, 36 boîtes de 2,8 kg de sauce bolognaise. Le tout servi par une centaine de bénévoles." C’est cette dimension associative qui plaît au Rochelais d’adoption. "Même si le week-end est extrêmement chargé. Il y a toujours une très bonne ambiance", explique-t-il, avant de courir ailleurs. En nous déposant au passage dans les cuisines. 

17h30 :

Chez les cuistots, l’atmosphère est détendue, mais le chrono, lui, est minutieusement surveillé. Il faut faire précuire les pâtes entre 4 et 6 minutes. Puis les égoutter et les passer à l’eau froide pour arrêter la cuisson. La passoire et les bassines de plastique blanc qui recueillent les spaghettis sont au format XXL. Une fois les glucides déversés à l’intérieur, les pots sont recouverts de film plastique, en attente. "Nous les referons cuire environ deux minutes avant de servir et elles seront al dente", explique Franck Bouhet, un bénévole. 

Parmi eux, seul un est cuisinier professionnel : Gilles Renauldon, surnommé Loulou. Préparer des grosses quantités ne lui fait pas peur : il a œuvré au sein d’une cafétéria pendant 44 ans. Maintenant à la retraite, l’homme retrouve ses habitudes au Marathon depuis six ans. Il note dans un carnet aux feuilles jaunies toutes les quantités concoctées à chaque édition. "Ça me permet de comparer d’une année à l’autre." Et de se faire un souvenir matériel de ce temps passé avec les copains, qu’il croise le reste du temps au rugby. 

Le sport les rassemble. Entre deux fournées, ils se réunissent autour d’un petit écran de smartphone pour regarder le match qui oppose la France au Danemark, son à tue-tête. Puis l'un d'entre eux retourne remuer la sauce bolognaise qui mijote, sous le regard bienveillant de Loulou. Parfois, des bénévoles d’autres sections curieux passent une tête, comme Charline, qui elle aura pour mission de donner des roses aux familles à leur arrivée à la pasta party

18h30 :

Réunion générale. Chacun se voit distribuer une marinière permettant de les distinguer et un tour de cou auquel est accroché le numéro de la table dont il devra s’occuper. "Notre mission est de vérifier que tout va bien, que les gens installés à notre table ne manquent de rien", raconte Catherine Chatelier-Gendreau. Elle aussi est une bénévole historique. "Chaque année, en rentrant, je me dis que je vais arrêter, parce que c’est très fatigant et puis ça me titille à nouveau et je reviens", concède-t-elle.

19h : C’est parti. Les invités emmitouflés arrivent sur les paroles du tube Sweet dreams de Eurythmics et les commentaires enjoués des speakers. Applaudissements et haie d’honneur les attendent. Les premières pastas sont servies et remplissent déjà les estomacs des marathoniens, comme Adrien Jumeaux. Il prendra le départ du 42km dimanche matin, pour la deuxième fois. Il a repéré le repas à travers un mail envoyé par l'organisation, mais a finalement pris ses places à la dernière minute.

"Je pensais que dans pasta party, on aurait seulement la pasta, confie-t-il. En entendant la musique et en découvrant l'accueil qui nous a été réservé, je constate qu'il y a bien aussi le 'party'". Une fête, mais pas trop longtemps non plus !

À 21h30, la plupart des tables ont été désertées et les plus couche-tard chantent une chanson d'encouragement. Loulou table sur une fin de service à 22h30, avant d'attaquer un grand nettoyage. Pour lui, ce sera la fin de cette haletante édition 2022. Il conclut : "demain, je fais une sieste de 4h !"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité