Stade Rochelais. "En 2014, la coupe d'Europe c'était le cadet de nos soucis"

Double champion d'Europe de rugby, le Stade Rochelais est au sommet. Mais il faut aussi se souvenir qu'il n'a réintégré le Top 14 qu'il y a neuf ans, en 2014. Ces titres européens sont la concrétisation d'un long travail de fond.

La fête a été belle, intense, puissante, à la hauteur de la performance du Stade Rochelais à Dublin. Vainqueur du Leinster en Irlande ce samedi 20 mai 2023, l'équipe a confirmé son statut de grand club de rugby français et européen.

Mais pour ceux qui ne suivent pas forcément de très près le championnat français, le Stade Rochelais n'a retrouvé le top 14 qu'en 2014. Il avait fait une première incursion dans le plus haut niveau du championnat en 2010, une seule saison et à la fin le retour en Pro D2.

Le haut niveau depuis 2014 seulement

"La remontée une saison en Top 14 nous a montré la différence entre une bonne équipe de Pro D2 et le niveau de Top 14. On n'était pas prêt."  reconnaît Jean-Michel Blaizeau, du service communication du Stade Rochelais. Alors, après la redescente en Pro D2, en 2011, le club a décidé de se préparer, en prenant du temps. "On a choisi de se projeter sur cinq ans et on a mis en place un plan de développement. Avec trois axes : la structure, le sportif et le budget" .

Contrairement à d'autres clubs de l'époque qui avaient choisi un gros sponsor, le Stade Rochelais n'a pas voulu mettre tous ses oeufs dans le même panier "On a décidé de mailler le territoire. Comme dans la région, de la Vendée à la Charente en passant par la Vienne et les Deux-Sèvres, il n'y avait pas beaucoup de sport de haut niveau, on a choisi de travailler avec des partenaires de tous ces départements. Aujourd'hui on a plus de 650 sociétés partenaires" explique Jean-Michel Blaizeau.

Et pendant ces saisons de travail, alors que le club est en Pro D2, les progrès sportifs arrivent. Des finales ou demi-finales de championnat et finalement en 2014, le Stade Rochelais retrouve le Top 14.

Et là, il se sent prêt.

Une progression sportive régulière

"En 2014, la coupe d'Europe c'était le cadet de nos soucis" s'amuse Jean-Michel Blaizeau. Et en effet, la progression a été régulière. Et après quelques saisons " on s'est dit pourquoi pas faire meilleure figure en coupe d'Europe. On a joué la Challenge Cup, et puis la Champions Cup."

Résultat, trois finales en trois ans. La première perdue contre Toulouse, puis le premier titre en 2022 face au Leinster à Marseille. Et le deuxième  cesamedi, toujours face au Leinster, mais chez lui. "Je pense qu'avec cette victoire à Dublin face au Leinster revanchard (le club voulait laver l'affront de la défaite l'an dernier, ndlr) et avec le match qu'on a fait, on a réalisé le plus gros exploit de sport collectif français dans l'hémisphère nord." s'enthousiame Jean-Michel Blaizeau.

Le fait est que l'équipe du Leinster, c'est quasiment l'équipe nationale d'Irlande. Une équipe qui a gagné le Tournoi des six nations avec le Grand Chelem et qui est première au classement mondial, devant la France.

"Ronan O'Gara, c'est un winner"

Pour Jean-Michel Blaizeau, la montée en puissance en coupe d'Europe de l'équipe date de l'arrivée de Ronan O'Gara, l'entraîneur irlandais. Il devient Rochelais en 2019 en tant qu'adjoint. Puis il  a pris le poste d'entraineur titulaire après le départ de Jono Gibbes. Mais avant d'entrainer, il a eu une brillante carrière de joueur pour la province du Munster et pour l'équipe nationale d'Irlande dont il a été le demi-d'ouverture à plus de 120 reprises. "O'Gara, c'est un winner, il connaît la coupe d'Europe et il aime cette compétition."

Un titre de champion de France serait parfait pour terminer la saison

Après ce nouveau titre de Champion d'Europe, il manque un trophée au club, le bouclier de Brennus, le titre de champion de France. " Après trois finales de Champions Cup et une finale de championnat de France, on commence à bien gérer le haut niveau, alors oui, le bouclier de Brennus, on est dans une situation idéale pour mobiliser nos forces vives sur cet objectif."  reconnaît Jean-Michel Blaizeau. À une journée de la fin du championnat, le Stade Rochelais est assuré d'être dans les deux premiers du classement avec Toulouse. Les deux clubs sont donc qualifiés directement en demi-finale, sans passer par les barrages. Le weekend prochain, la dernière rencontre de championnat se jouera à domicile face au Stade Français, le club va mettre ses cadres au repos et fera jouer les espoirs notamment. Un peu de repos avant la demi-finale prévue le 9 ou le 10 juin à San Sebastian en Espagne." Et pourquoi pas une revanche face à Toulouse en finale ?" conclut Jean-Michel Blaizeau.