• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Talmont-sur-Gironde : le maire en guerre contre les drones de loisir

Stéphane Loth se bat contre les drones de loisir. / © Laurence Couvrand - France 3 Poitou-Charentes
Stéphane Loth se bat contre les drones de loisir. / © Laurence Couvrand - France 3 Poitou-Charentes

Les drones sont devenus des jouets très appréciés des amateurs. Ces images vues du ciel nous font rêver. Mais du côté de Talmont-sur-Gironde, ils sont loin de faire l'unanimité. Explications.

Par Mary Sohier

Un drôle de panneau a fait son apparition près des carrelets de Talmont-sur-Gironde. Dessus, un dessin qui interdit l'usage de drones de loisir. C'est Stéphane Loth, le maire de la commune, qui est à l'initiative de ce panneau : "Depuis plusieurs mois, je vois beaucoup de drones voler ici mais aussi dans le centre-ville au-dessus des habitations. C'est dangereux. Imaginez ce qu'il peut arriver si l'un d'entre eux s'écrase et d'ailleurs. Il y a des règles et elles sont rarement respectées."

En effet, le survol d'une agglomération ou d'une zone peuplée doit faire l'objet d'une autorisation préfectorale. Pour connaître les zones de vol autorisées pour les drones de loisir, la direction générale de l'avion civile (DGAC) a publié une carte.

 

Légende

  • Dans toutes les zones en rouge, le vol est totalement interdit, il s'agit des zones habitées, les villes, les zones situées sur des terrains militaires, ou à côté d'aérodromes ou aéroport.
  • Dans les zones colorées de jaune à orange, votre drone ne pourra dépasser une certaine altitude de 30 à 100 mètres.
  • Dans les zones vierges de couleur, votre drone ne pourra pas voler au-dessus de 150 mètres du sol sauf conditions particulières. 
Attention, la carte de la DGAC ne couvre pas les interdictions temporaires. En cas de gros événements, festival, course sportive, le survol par drone est interdit au-dessus du public.

Et ce n'est pas tout. Depuis septembre 2018, la législation a évolué.
  • Usage professionnel 

Les télépilotes utilisant des drones à usage professionnel doivent passer un examen théorique pour obtenir le certificat théorique de télépilotage obligatoire. Ce nouvel examen remplace l'ancien examen théorique ULM, peu adapté aux drones.
 
  • Usage amateur 

Une formation est aussi obligatoire pour les télépilotes de drones de loisir de plus de 800 grammes. Cet outil vise aussi à sensibiliser les télépilotes au nécessaire respect de la vie privée des tiers au sol.

Sur le même sujet

"L'incendie du siècle", du 19 au 25 août 1949

Les + Lus