Cet article date de plus de 3 ans

Le travail des artisans charentais-maritime mis à l'honneur par la Chambre des métiers

La Chambre des métiers de Charente-Maritime met à l'honneur vingt-deux artisans du département en leur décernant le titre d'artisans gourmands. Il s'agit d'un gage d'excellence et de qualité. Parmi les lauréats, on trouve l'entreprise Les confitures du clocher, située à Ars-en-Ré. Rencontre.
Bertrand Héraudeau est confiturier depuis plusieurs années. Son savoir-faire, il le tient de ses parents : ils ont créé l'entreprise Les confitures du clocher en 1992. L'entreprise vient de recevoir l'appellation "artisans gourmands" délivrée par la Chambre des métiers.

Dans son laboratoire, situé à Ars-en-Ré (17), le jeune confiturier ne fabrique pas n'importe quelle confiture. C'est un produit purement artisanal avec des fruits, du sucre et de la pectine de pomme (un gélifiant naturel). 

La base, c'est vraiment du fruit, explique Bertrand Héraudeau. Après, ce sont la méthode de travail, la sensibilité et la créativité qui vont nous distinguer des autres mélanges. On fabrique des produits qu'on ne trouve pas partout.


Il produit près de 120 000 pots à l'année avec une gamme de confiture composée de 68 références. L'une d'elle, la confiture de framboise, a notamment permis à l'entreprise de recevoir plusieurs prix. Elle a même décroché la médaille d'or au dernier concours général agricole et s'exporte aujourd'hui jusqu'à Dubaï. Une fierté pour l'artisan : "Notre "géranium framboisier" a été beaucoup imité mais peu égalé."

C'est aussi une belle reconnaissance pour le métier d'artisan. Pour Françoise Héraudeau, "dans l'artisanat, il faut qu'il y ait du plaisir. S'il n'y a pas d'âme, pas d'amour, il n'y aura pas d'art et le produit ne se vendra pas". 
Les confitures du clocher ont reçu l'appellation "artisans gourmands"

Pour obtenir l'appellation "artisans gourmands", attribuée pour deux ans par la Chambre des métiers, il faut réunir plusieurs critères. Une fabrication maison, l'innovation mais aussi la transmission sont les clefs pour recevoir ce nom. Une distinction qui permet aux artisans, souvent modestes, de faire reconnaître leur travail à leur juste valeur. 

"L'objectif, c'est de les aider à communiquer avec les clients. Beaucoup d'artisans font tout un travail d'artisanat de belle qualité mais ils ne le font pas savoir, ce qui fait que beaucoup de consommateurs n'apprécient pas exactement le travail à la hauteur de ce qu'il devrait être", explique Solange Croizet, chargée du développement économique Chambre des Métiers 17.

Les artisans gourmands comme les confitures du clocher seront notamment mis en avant sur internet et lors des campagnes de promotion de cette nouvelle marque. On en compte vingt-deux pour l'instant en Charente-Maritime mais leur nombre pourrait augmenter jusqu'à 200 d'ici cinq ans. C'est en tous cas l'objectif du département.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie portrait sorties et loisirs alimentation société