Voile : Yannick Bestaven, vainqueur du Vendée Globe, remet son bateau à l'eau

Après deux mois de travaux, "Maître Coq", le bateau de Yannick Bestaven a été remis à l'eau dans le port de La Rochelle. Vainqueur du dernier Vendée Globe, le skipper rochelais regarde vers de nouveaux horizons mais reste discret sur ses futures navigations. 

Le vainqueur du dernier Vendée Globe reste discret sur son avenir. A priori, ça devrait se passer sur l'eau...
Le vainqueur du dernier Vendée Globe reste discret sur son avenir. A priori, ça devrait se passer sur l'eau... © P.Lahaye-France Télévisions

On l'avait quitté, ou plutôt, retrouvé le 12 février dernier les bras tendus en passant l'écluse du bassin des chalutiers à La Rochelle. Yannick Bestaven revenait à bon port après avoir bouclé la boucle. C'est toute une ville qui, malgré la pandémie, venait acceuillir comme il se doit le vainqueur héroïque du Vendée Globe. La Rochelle, terre de marins, célèbrait le meilleur d'entre eux. Son bateau portait encore les stygmates d'un tour du monde fort en émotions.

Malgré les restrictions sanitaires, les Rochelais étaient venus nombreux accueillir le vainqueur du Vendée Globe.
Malgré les restrictions sanitaires, les Rochelais étaient venus nombreux accueillir le vainqueur du Vendée Globe. © JC Sounalet/Maxppp

Trois mois plus tard, "Maître Coq" a repris son envol ce matin, porté par les sangles d'une grue du port de plaisance. L'occasion rare de se rappeler que ce genre de voilier extrême navigue avec une quille de 4,50 mètres. Il aura fallu plus d'une heure pour que l'appendice pendulaire retrouve sa place sous la coque du soixante pieds, sous le regard admiratif de quelques badauds. Jean-Marie Dauris, ami d'enfance de Yannick et directeur technique, supervise la manoeuvre, placide comme toujours. Le voilier est prêt à refaire un tour du monde.

Délicate manœuvre que de requiller un 60 pieds Imoca.
Délicate manœuvre que de requiller un 60 pieds Imoca. © Y.Salaun-France Télévisions

Toute la carène a été radiographée pour vérifier s'il y avait des infiltrations d'eau. Le grément a été remis à neuf. "Il y a eu un gros check général du bateau et pas mal de cosmétique, on va dire, sur la coque", explique le boat master, "il y avait surtout le balcon avant à refaire, l’avant tribord qui était abimé mais la structure du bateau est nickel. Le but du jeu, c’était de le remettre en état de course. Tous les câbles ont été envoyés en révision, on a tous revu. On mate et il est prêt à naviguer".  

La rumeur disait un moment que c'était Cali, Arnaud Boissières, le pote d'Arcachon, qui pourrait reprendre la barre du voiler. Ce n'est apparemment plus à l'ordre du jour. "Il est quasiment vendu", confirme cependant Yannick qui, pour autant, ne peut pas en dire plus. De la même façon, il évoque son droit de réserve quand on lui parle de son avenir de marin. On croit comprendre qu'il sera au départ de la Transat Jacques Vabre l'automne prochain avec, peut-être, Roland Jourdain qui n'est pas encore au courant... On croit aussi comprendre que la construction d'un bateau neuf est à l'étude. Bref, on suppute et, pendant ce temps-là, "Maître Coq" quitte ses sangles pour retrouver l'eau salée.

"Maître Coq" est prêt à reprendre la mer et aurait même trouvé un nouveau skipper.
"Maître Coq" est prêt à reprendre la mer et aurait même trouvé un nouveau skipper. © X.Leoty/Maxppp

"On fait beaucoup de médias, de visite dans les écoles, de relations publiques et on pense à l’organisation de la suite, donc je suis plutôt occupé", explique Yannick Bestaven, "le programme à venir, c’est beaucoup de sorties à La Rochelle avec des collaborateurs de Maître Coq en juin et juillet et des navigations dans les pertuis pour remettre le bateau en route. Après on discute, on regarde les coûts et on en dira plus en juin prochain".

La seule chose de sûre, c'est que le 22 mai doit se tenir aux Sables d'Olonne la remise officielle des prix du Vendée Globe. "En espérant que ça soit maintenu avec les conditions sanitaires, mais j’espère que ce sera une grosse fête" se réjouit le skipper rochelais et néanmoins fervent supporter du Stade Rochelais, "on verra. On ne pouvait pas savoir en même temps qu’il y aurait la finale de Champions Cup. C’est dommage parce qu’on m’avait proposé d’aller à Twikenham mais on essaiera de faire les deux".

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport nautisme mer nature vendée globe