Ouverture des plages en Charente-Maritime : les dossiers seront examinés au cas par cas par le préfet

En Charente-Maritime, huit maires de l'île d'Oléron ont déposé une demande de dérogation dans l'espoir d'ouvrir leurs plages dès samedi. Les demandes seront examinées au cas par cas par le préfet de Charente-Maritime.


 
Une plage de l'île d'Oléron
Une plage de l'île d'Oléron
Certaines plages de l'île d'Oléron ouvriront-elles dès samedi comme l'espèrent les huit maires de la Communauté de communes de l'île ? La balle est désormais dans le camp du préfet de Charente-Maritime qui est habilité à examiner les demandes de dérogation.
Ce lundi 11 mai,  des représentants de plusieurs intercommunalités de Charente-Maritime ont assisté à une visio-conférence avec le sous-préfet de Rochefort pour définir les modalités d'un dispositif de réouverture.
"Nous instruirons les demandes au fur et à mesure qu'elles nous parviendront mais je ne peux pas vous dire que ce sera tel ou tel jour", avertit Nicolas Basselier, le préfet de Charente-Maritime.

Des activités en mode dynamique

Le représentant de l'Etat est dans l'attente d'un guide méthodologique qui doit être diffusé à l'échelle nationale mais il souligne que d'ici fin mai le principe de la plage dynamique est déjà retenu.

C'est le principe qui a été retenu en Australie, celui du "swim and go", les personnes qui souhaiteraient avoir une activité sportive ou récréative, la pratiqueraient en mode dynamique sans stationner, l'idée c'est d'arriver sur la plage, de pratiquer son activité et de quitter la plage.
-Nicolas Basselier, le préfet de Charente-Maritime.

D'autres principes devront être mis en oeuvre par les collectivités.
"Il ne doit pas y avoir de rassemblement de plus de dix personnes, les distances entre les uns et les autres devront être respectées, il conviendra aussi d'être attentif à l'organisation des parkings, l'idée, c'est de mettre en place un circuit pour éviter les croisements entre les gens qui arrivent et ceux qui partent" insiste le préfet de Charente-Maritime.

Les maires devront se donner les moyens de contrôler les dispositions prises c'est la raison pour laquelle beaucoup d'entre eux nous proposent aujourd'hui des horaires pendant lesquelles les plages seraient ouvertes.
-Nicolas Basselier, le préfet de Charente-Maritime.


Les maires de la Communauté de communes de l'île d'Oléron espèrent pouvoir ouvrir dès samedi, une hypothèse qui n'a pas été confirmée ce lundi par le préfet qui précise qu'il est dans l'attente du feu vert du Conseil Constitutionnel pour pouvoir examiner les dossiers. 

Les demandes seront examinées au cas par cas comme ce fut le cas pour les marchés et la réponse sera donnée très rapidement,
-Nicolas Basselier, le préfet de Charente-Maritime.

Le cas de Saint-Pierre d'Oléron

Le maire de Saint-Pierre-d’Oléron rêvait de rendre à nouveau possible l'accès aux plages de sa commune dès le 11 mai, premier jour du déconfinement,
Christophe Sueur avait même adressé, lundi 4 mai, un courrier à Emmanuel Macron pour le lui annoncer. 
"Je vous informe que le 11 mai, je prendrai un arrêté municipal autorisant l’accès à certaines plages tout en invitant mes collègues maires à faire de même", écrit le maire de Saint-Pierre-d’Oléron. "Il s’agit d’une nécessité, une mesure vitale pour une respiration d’un air ventilé et pur", avait alors argumenté ce premier magistrat de l'île d'Oléron.
Le préfet Nicolas Basselier avait alors averti que le maire verrait son arrêté annulé et les contrevenants verbalisés de 135 euros. 
Dès le 9 mai, Christophe Sueur avait rectifié le tir en annonçant sur la page Facebook de la commune que les plages ne seraient finalement pas accessibles ce lundi matin.
En voici un extrait :

Dans une vision insulaire, la communauté de communes a proposé un dispositif pour toutes les plages sur les avis de chaque maire en fonction de plusieurs critères et moyens mis en place. Ce sera discuté lundi en réunion spéciale en préfecture.
Chaque maire devant le faire pour sa commune.
Ça va dans le bon sens. Il suffit de patienter.
La demande de dérogation d'ouverture de la façade ouest de la commune de Saint-Pierre est faite du 8 mai.

 La demande de dérogation de ce maire de l'île d'Oléron doit être examinée par le préfet. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société littoral aménagement du territoire tourisme